Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

DOMINIQUE REYNIE CANDIDAT TETE DE LISTE POUR LA GRANDE REGION Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon

Publié le par Stella Vidal

DOMINIQUE REYNIE CANDIDAT TETE DE LISTE POUR LA GRANDE REGION Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon

Dominique Reynié candidat tête de liste pour la grande Région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon : enfin, un personnage de qualité issu de la société civile ose s'engager ! Qu'est-ce que c'est sain et rafraichissant de sortir des sentiers battus par les éternels politiques carriéristes !
A vous tous, militants et sympathisants de l'UMP/UDI et plus généralement de la Droite et du Centre élargis, réfléchissez bien à cette candidature qui est une chance pour notre nouvelle immense Région. Dominique Reynié a une compétence dont on ne peut douter, une vision pragmatique de la politique appliquée à la vie. Défendons sa candidature auprès de celles et ceux qui nous représentent afin qu'ils puissent faire remonter nos souhaits vers les décideurs. Soyons fermes et déterminés, pour ma part, vous me connaissez, je le suis. Merci par avance à toutes et tous.

Dans un entretien paru ce week-end dans la Dépêche du midi et Midi libre, Dominique Reynié a annoncé son engagement en politique. "C'est ma première candidature, je n'ai jamais exercé de mandat. Je ne suis pas encarté", a rappelé M. Reynié. "Est-ce que je n'ai pas quand même à essayer de passer de l'observation à l'action ? Est-ce que je ne vais pas me reprocher un jour de ne pas avoir donné la main à celles et ceux qui sont à la manoeuvre, à un titre ou à un autre ?", a-t-il indiqué.

Le directeur général de la Fondation pour l'innovation politique, un centre de réflexion proche de l'UMP, estime que le rapprochement entre les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon "a commencé très mal". "Fusionner pour faire des économies", principal argument avancé selon lui, est "mauvais".

Pour justifier son engagement politique, M. Reynié a indiqué porter "un regard de plus en plus inquiet" sur la France et a souhaité "prendre part à cet effort indispensable avant que ça n'aille trop mal".

L'échelon régional "résiste bien en terme de services publics, d'identité, de proximité et de sensibilité au geste démocratique", a assuré Dominique Reynié qui n'entend pas "faire carrière dans la politique". Il a aussi insisté sur son ancrage régional : "Cette grande région c'est ma région. Ma famille est aveyronnaise". "Je n'ai aucun soutien exprimé. J'ai simplement averti les gens concernés de ma démarche", a-t-il conclu.

M. Reynié devra au préalable obtenir l'aval de l'UMP et sera notamment opposé au maire de Lavaur (Tarn) et ancien député Bernard Carayon. Les noms du député UMP de Lozère, Pierre Morel A L'Huissier, et de Stephan Rossignol, actuel président du groupe UMP au conseil régional de Languedoc-Roussillon, sont également cités dans la presse régionale.

Les candidats seront auditionnés le 25 avril par un comité des sages composé d'une douzaine d'élus non candidats et c'est ensuite un collège de quarante grands élus qui proposera le nom du futur candidat aux commissions d'investiture des trois partis UMP, UDI et Modem.

Voir les commentaires

POURQUOI LE CHOCOLAT A PAQUES ? TRADITION, EXPLICATIONS

Publié le par Stella Vidal

POURQUOI LE CHOCOLAT A PAQUES ? TRADITION, EXPLICATIONS

Tout est parti de l’œuf. La tradition qui veut que l’on s’offre des œufs à cette période de l’année remonte à l’Antiquité. Selon la légende, il y a 5.000 ans, les Perses se donnaient au printemps des œufs de poule, symboles de fécondité et de renouveau, pour se porter bonheur.

En Europe, la coutume trouve ses racines dans la fête de Pâques qui commémore la résurrection de Jésus Christ. Le dimanche de Pâques marque la fin du carême. Cette période de jeune autrefois très respectée, interdisait, entre autres, aux fidèles de manger des œufs. A la fin des 40 jours de privation, les fidèles s’offraient la production des poules accumulée.

De l’œuf au chocolat, il n’y a qu’un pas

Une information qu'Élisabeth de Contenson, auteure du chocolat et son histoire, précise. «On retrouve des traces de cette coutume au XVe siècle, en Alsace. Il s'agit alors d'œufs de poule, que l'on peint et que l'on décore, et qui sont destinés à être mangés. Elle se répand peu à peu et, aux XVIIe et XVIIIe siècles, il devient de bon ton, notamment dans les cours princières, d'offrir des œufs richement ornés, contenant parfois une surprise». Pour la petite anecdote: Louis XV en offrit un énorme à sa maîtresse, Madame du Barry, qui put y découvrir à l'intérieur une statuette de Cupidon. «Cet art culmine à la cour de Russie au XIXe siècle, avec le célèbre Fabergé», rapporte l’écrivaine.

Et le chocolat dans tout ça? «On ignore la date exacte à laquelle l'on a eu l'idée de percer les œufs d'un côté, pour les vider et les remplir de chocolat. Sans doute au XVIIIe siècle, mais c'est au XIXe siècle que l'on commence à voir apparaître les œufs tout en chocolat, notamment, à partir des années 1830, grâce au développement des techniques de travail de la pâte de cacao (dont les progrès sont considérables) et surtout grâce à l'apparition et à la diversification des moules (en cuivre ou en fer étamé), qui permettent d'obtenir des formes en chocolat de plus en plus variées», raconte Elisabeth de Contenson. Les Français respectent cette coutume somme toute récente puisqu’ils ingurgitent 13.400 tonnes de chocolat à Pâques

Suggestions de boissons pour les adultes avec ce type de chocolat : un Blanc Framboises ou un Blanc Fraise Premium de la gamme Winyfruiti à choisir sur le site : www.winyfruiti.com

Voir les commentaires

LE SITE www.winyfruiti.com évolue : toujours nos vins fruités + épicerie fine

Publié le par Stella Vidal

LE SITE www.winyfruiti.com évolue : toujours nos vins fruités + épicerie fine

Nous évoluons, avec nos vins aux fruits dont nos prix ont été serrés au maximum et d'autre part, vous pourrez vous fournir en épicerie fine, avec un large éventail de délicieux produits aveyronnais. J'espère chers amis que vous viendrez nombreux faire vos emplettes pour vous régaler, Pâques approche, ce sera le moment d'en profiter ! Pâtés artisanaux bios, Foies Gras, gâteaux typiquement aveyronnais (aux noix, à la broche), confitures bios, herbes aromatiques, Charcuteries aveyronnaises, Jus de fruits, conserves artisanales diverses, produits médaillés reconnus et appréciés par de nombreux gourmets, herbes aromatiques et bien d'autres choses encore. Nous allons recevoir notre stock, nous mettrons notre offre en ligne et proposerons aussi paniers garnis et cadeaux divers. Ce n'est plus qu'une affaire de jours. A bientôt chers amis lecteurs, une visite s'impose dès que possible sur www.winyfruiti.com

Voir les commentaires

SUPER PROMOS DE PRINTEMPS ET DE PAQUES SUR www.winyfruiti.com PRODUITS FESTIFS ET CONVIVIAUX

Publié le par Stella Vidal

SUPER PROMOS DE PRINTEMPS ET DE PAQUES SUR www.winyfruiti.com PRODUITS FESTIFS ET CONVIVIAUX

SUPER PROMOS DE PRINTEMPS ET DE PAQUES SUR WWW.WINYFRUITI.COM , PRODUITS FESTIFS ET CONVIVIAUX

C’est le printemps, bientôt Pâques. Le temps est plus doux, le soleil brille : envies de moments festifs et conviviaux en famille ou entre amis ?

FACILE ! Il suffit de commander vos apéritifs et vins de dessert sur le site internet www.winyfruiti.com. Goûtez cette gamme de vins naturels aux fruits, élaborés sur une base de vins AOC/IGP, de cépages reconnus, des Chardonnay, Merlots, Cabernet … avec, pour la gamme PREMIUM 50% de fruits macérés pour un degré alcoolique faible 8°, et pour la gamme classique des extraits de fruits (95% naturels) pour un degré alcoolique de 11,5°.

Ces produits sont classifiés haut de gamme, matières premières de grande qualité et procédé de fabrication unique en France, qui en font des produits « plaisir » complètement différents des vins aromatisés qu’on trouve à bas prix dans les divers supermarchés.

Vous aimez les produits authentiques, le naturel, le vrai, la qualité ? C’est Winyfruiti qu’il vous faut !

Pour les Sud-Aveyronnais, vous pouvez passer au local 2 rue Denis Papin à St-Affrique (en allant vers Savignac à la sortie de St-Affrique, tourner à droite juste après la Centrale Laitière de Roquefort)

Voir les commentaires

CHATEAU YQUEM, UN DES VINS LES PLUS CHERS DU MONDE

Publié le par Stella Vidal

CHATEAU YQUEM, UN DES VINS LES PLUS CHERS DU MONDE

Les vins de Château d'Yquem ont la réputation de pouvoir se bonifier indéfiniment. (© Terre-net Média)

Un Bordeaux de 200 ans a été vendu à Londres pour 75.000 livres (85.000 euros), devenant ainsi la bouteille de vin blanc la plus chère au monde, a annoncé un marchand de vin.

Le Château d'Yquem 1811 a été acheté par un collectionneur français, Christian Vanneque, pour son nouveau restaurant à Bali. La bouteille a été vendue au Ritz de Londres par The Antique Wine Company, une entreprise spécialisée dans la vente de vins rares. Stephen Williams, Pdg de l'entreprise, a encensé le « millésime légendaire » qui doit son succès en partie à la météo exceptionnelle de cette année-là. « Le Château d'Yquem est le meilleur vin blanc au monde », a-t-il déclaré.

« Il a la capacité de durer plus longtemps que tous les autres vins blancs »

Contrairement à la plupart des vins blancs qui se détériorent avec le temps, le Château d'Yquem, cultivé près de Sauternes dans le vignoble de Bordeaux, gagne en maturité et peut se bonifier indéfiniment. L'importante quantité de sucres résiduels, combiné à l'acidité naturelle des raisins, joue le rôle de conservateur et empêche le vin de se détériorer, a-t-il expliqué. « Il a la capacité de durer plus longtemps que tous les autres vins blancs », a ajouté M. Williams. Bien que la bouteille n'ait pas encore été ouverte, le vin a probablement une « douceur caramélisée », a-t-il estimé. « Nous imaginons qu'il a une texture crémeuse, enrobant la bouche de sa richesse et laissant un goût sucré », a-t-il ajouté.

Le précédent record pour un vin blanc était détenu par un Château d'Yquem Sauternes de 1787, qui provient du même vignoble que le millésime 1811 et coûte environ 60.000 dollars la bouteille. Le record du vin le plus cher au monde appartient à un Cheval-Blanc 1947, un vin rouge vendu chez Christie's à Genève pour 304.375 dollars en novembre dernier.

Finalement nos vins fruités "Winyfruiti" sont donnés, allez faire un tour sur notre site ! www.winyfruiti.com

Voir les commentaires

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

Publié le par Stella Vidal

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

le petit livre rouge de Charb que je cite dans l'article ci-dessous

Ce soir je revendique MA liberté d’expression. En effet, suite aux terribles évènements causés par ces salauds d’islamistes radicaux, les Français ont bien réagi, ils se sont réveillés pour dire NON à l’islamisme rampant et dangereux, pour soutenir la liberté d’expression, pour affirmer l’union du peuple de France que les fous d’Allah voudraient mettre à genoux.

Tout cela est émouvant, et on se surprend à rêver que ça dure. De ce point de vue-là, je ne veux pas pécher par pessimisme, mais je crains que cette solidarité ne s’étiole trop vite. Tant mieux si je me trompe.

Par contre, si j’ai été Charlie comme mes compatriotes devant les actes terrifiants des intégristes musulmans que je ne peux accepter, je reste lucide et n’irai pas jusqu’à acheter Charlie pour le faire vivre : c’est plus fort que moi, ce journal a beaucoup trop, en maintes circonstances, insulté, traîné dans la boue, humilié toutes sortes de personnes, politiques, people ou religieux. L’exemple le plus connu (mais pas le seul) est le livre que Charb avait sorti sur Nicolas Sarkozy, un livre comprenant textes et caricatures qui m’ont donné la nausée. Ceci étant dit, je n’ai à aucun moment pensé qu’on pouvait museler Charlie et encore moins les tuer !!!

Mais puisqu’on parle de LIBERTE D’EXPRESSION, je pose une question : « Pourquoi a-t-on viré Eric Zemmour d’I-Télé parce qu’il a écrit un livre où il essaie de démontrer la lente descente aux enfers de la France depuis plusieurs décennies et l’aveuglement des politiques devant une immigration non maîtrisée et l’échec de l’intégration qui s’en est suivi ».

Alors je ne suis pas d’accord sur tout ce qu’a écrit Zemmour, mais je partage l’essentiel de ce livre « Le suicide Français » qui révèle s’il le fallait, la culture de son auteur, sa pédagogie, et surtout sa clairvoyance. Je soutiens aussi Zemmour pour cette obstruction à sa liberté d’expression et cette cabale journalistique organisée contre lui. Sinon la liberté d’expression de Charlie Hebdo n’a plus de sens si elle devient à sens unique parce qu’il y a eu attentat : les gens doivent-ils mourir pour qu’on leur accorde le droit de s’exprimer librement ?

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

Voir les commentaires

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Publié le par Stella Vidal

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Ne pouvant à mon grand regret me déplacer pour participer aux grandes manifestations Républicaines organisées partout en France aujourd'hui, je mets en ligne ces quelques mots et images pour affirmer mon soutien sans faille à la France contre la barbarie islamique, contre toute atteinte à nos libertés fondamentales.

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Voir les commentaires

CHARLIE HEBDO : UNE FAILLE BEANTE DANS LE RENSEIGNEMENT : GRAVISSIME !

Publié le par Stella Vidal

CHARLIE HEBDO : UNE FAILLE BEANTE DANS LE RENSEIGNEMENT : GRAVISSIME !

Le suivi des frères Kouachi a-t-il fait, courant 2014, l'objet d'un arrêt de prise en charge directe par la structure centrale de la DGSI ? Le gouvernement va devoir s'expliquer sur les faiblesses de notre dispositif de surveillance antiterroriste.

Une «faille». Le mot a été lâché par le premier ministre en personne. «Il y a une faille bien évidemment. Quand il y a dix-sept morts, c'est qu'il y a eu des failles», a-t-il déclaré, dès vendredi. Manuel Valls a compris qu'il avait intérêt à prendre les devants, lui qui, faisant allusion à l'affaire Merah, avait lancé, en s'adressant aux bancs de l'opposition, à l'Assemblée: «Le retour du terrorisme, c'est vous!»

Comment a-t-on pu négliger, en effet, la montée en puissance de l'équipe Kouachi-Coulibaly? Selon certaines sources, le suivi des frères Kouachi, à qui l'on doit la tuerie de Charlie Hebdo, mercredi dernier, aurait fait, courant 2014, l'objet d'un arrêt de prise en charge directe par la structure centrale de la Direction générale de sécurité intérieure (DGSI), qui gère les cas les plus lourds. Le dossier aurait été reversé à un échelon inférieur, une direction zonale, issue de la réforme du renseignement décidée après l'affaire Merah. «Et c'est peut-être là que la déperdition en informations s'est accentuée», spécule une source judiciaire.

En clair: non seulement le déclassement vers un échelon local témoignerait du manque de discernement des autorités, mais en plus, l'échelon local n'aurait même pas pris le relai correctement. Comme si la réforme du Renseignement à ce niveau était encore une coquille vide. Il est symptomatique d'ailleurs d'entendre les professionnels de l'antiterrorisme se plaindre régulièrement que le travail qu'effectuaient les ex-Renseignement généraux (RG) autrefois, dans les départements, n'est plus réalisé.

Des hommes considérés comme dangereux il y a plusieurs années

Quoi qu'il en soit, pour l'équipe Valls qui pensait exploiter à coups de commissions d'enquête les failles de l'affaire Merah, le dossier est épineux. Le gouvernement va devoir gérer l'explication de ce qui s'est passé ces jours-ci et qui vaudrait bien en soi une nouvelle commission d'enquête.

Si l'affaire du tueur de Toulouse, jamais condamné pour terrorisme avant qu'il ne commette l'horreur absolue, est une faille, que dire en effet des événements qui viennent de se produire? Voilà des individus qui, durant trois jours, ont mis le pays à feux et à sang alors qu'ils étaient membres de réseaux connus, poursuivis, condamnés, parfois à plusieurs reprises. Cela mérite pour le moins un éclaircissement.

Certains objecteront que les Kouachi étaient passés à travers une vraie sanction faute d'éléments à charge suffisants. Mais l'argument ne vaut pas pour les services de renseignement antiterroristes, qui considéraient ces hommes comme dangereux au moment de leurs garde à vue ou de leurs procès, il y encore quelques années. Les services auraient-ils perdu la mémoire?

Djamel Beghal, l'ami des Koulibaly et des Kouachi était l'homme qui voulait, dès 2001, faire sauter l'ambassade des États-Unis ou un centre culturel américain à Paris. Smaïn Ait Ali Belkacem, celui que ce quatuor et quelques autres voulaient aider à s'évader de la prison de Clairvaux en France en 2010, était le poseur de bombe de l'attentat de la station RER d'Orsay, à Paris, le 17 octobre 1995, qui fit trente blessés.

Plus qu'une faille, un abysse

Les compagnons d'arme des frères Kouachi et autres Coulibaly sont autant de noms que tous les spécialistes des questions terroristes, journalistes, magistrats ou policiers connaissaient. Une simple recherche sur Google, un clic dans les archives de presse et tout remontait à la surface, avant même les drames qui viennent d'endeuiller la France. Le nom de Mohamed Merah, lui, n'aurait pas dit grand-chose à quiconque s'il avait été mis dans les moteurs de recherche d'Internet avant les tueries de mars 2012.

Les services savaient même que l'un des frères Kouachi s'était rendu en 2011 au Yemen, dans des camps d'entraînement. Ce n'est plus une faille, c'est un abysse. Mais que peuvent réellement les autorités face à des djihadistes chaque jour plus nombreux, qui comptent au moins 50 à 100 activistes susceptibles de passer à l'acte et un vivier de plus d'un millier d'exaltés imprévisibles? Ce n'est pas faire injure à l'appareil de sécurité, qui a su montrer sa capacité de réaction après les événements, que d'insister sur l'impérieuse nécessité de parfaire ses outils d'anticipation. Puisque le gouvernement lui même explique que le péril est grand !

Voir les commentaires

COMMENT HOLLANDE VA VOUS PLUMER EN 2015, EFFARANT ET INEVITABLE : à lire sans modération

Publié le par Stella Vidal

COMMENT HOLLANDE VA VOUS PLUMER EN 2015, EFFARANT ET INEVITABLE : à lire sans modération

Charles Wyplosz analyse l'économie pour Figarovox. Cette semaine il explique comment la promesse de François Hollande sur les impôts n'empêche pas la hausse des prix réglementés.

Charles Wyplosz est professeur d'économie internationale à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, et directeur du Centre international d'études monétaires et bancaires.

Ses principaux domaines de recherche sont les crises financières, l'intégration monétaire européenne, les politiques monétaires et budgétaires ainsi que l'intégration monétaire régionale. Il intervient fréquemment comme expert auprès d'organisations internationales .

François Hollande joue sur les mots. A l'ENA, on vous explique la différence entre impôts et autres prélèvements obligatoires, et on ne considère pas les prix réglementés comme des prélèvements. Tout ceci se mélange douloureusement dans les porte-monnaie des citoyens qui ne comprennent pas, faute de ne pas être allés à l'ENA. Une sorte de taxe sur l'ignorance.

S'il y a des pertes, qui donc les comble ? Réduire les pertes c'est alléger les dépenses publiques et avoir besoin de moins d'impôts. Tout se mélange dans le grand porte-monnaie de l'État, comme dans celui des citoyens. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre.

Le cas de la SNCF est exemplaire. Elle ne peut rien faire sans l'accord du gouvernement. Donc l'augmentation qui s'annonce est bien une décision du gouvernement. C'est bien une taxe. D'abord, parce que nous n'avons pas le choix, comme pour les impôts. La SNCF reste un monopole pour la quasi-totalité des transports ferroviaires des Français. Certes, le trafic est ouvert à la concurrence dans le cadre des accords européens, mais il y a mille et une manières de décourager la concurrence et nos politiques ne s'en privent pas. Ensuite, parce que la SNCF fait partie du budget de l'État. S'il y a des pertes, qui donc les comble? Réduire les pertes c'est alléger les dépenses publiques et avoir besoin de moins d'impôts. Tout se mélange dans le grand porte-monnaie de l'État, comme dans celui des citoyens. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre.

La justification avancée par la SNCF est d'une parfaite mauvaise foi. Il s'agirait de financer les investissements

Mais à la SNCF on ne peut ni réduire les salaires, ni alléger les effectifs. Un monopole qui ne risque pas de mourir, service public oblige, opère sur une autre planète. Aux frais des usagers et au bon vouloir du gouvernement.

et d'améliorer la sécurité des passagers. Bien sûr, on ne vous parle pas des retraites plus que généreuses des cheminots, ou de leurs salaires plutôt avantageux, deux postes qui plombent la compagnie nationale. Non, ça c'est l'eau qui coule sous les ponts et qu'on ne peut pas toucher sérieusement sous menace de grève. Alors on amuse la galerie en déroulant de superbes projets d'investissements.

Mais comment font les entreprises qui doivent investir? Elles ne peuvent pas augmenter leurs tarifs, concurrence oblige. Alors elles empruntent. Ce qui les oblige à réfléchir très sérieusement à la rentabilité de leurs projets, faute de quoi elles ne pourront pas rembourser. On ne se pose pas ce genre de question dans un monopole, on augmente les tarifs. Et quand une entreprise perd de l'argent année après année, soit elle réduit des coûts, soit elle meurt. Mais à la SNCF on ne peut ni réduire les salaires, ni alléger les effectifs. Un monopole qui ne risque pas de mourir, service public oblige, opère sur une autre planète. Aux frais des usagers et au bon vouloir du gouvernement.

Tant qu'il en sera ainsi, François Hollande, tout comme ses prédécesseurs et ses successeurs, fera ce qu'il faut pour trouver de l'argent. La révolte contre les impôts couve ? Pas de problème, on laisse les prix contrôlés déraper.

François Hollande sait tout ça, bien sûr. Il sait que les coûts des administrations et des entreprises dans le giron, officiel ou non, de l'État ne sont pas vraiment contrôlés, et qu'il n'a plus les moyens de les financer sans compter. Il n'a aucune envie d'essayer d'appliquer à ce gigantesque ensemble d'activités les méthodes qui ont fait leurs preuves dans le secteur privé. La raison c'est qu'il agit du «Service Public qui ne doit pas succomber à la logique du profit». Personne ne parle de profits, ce serait trop désespérant. Mais le secteur public, tout comme le secteur privé, est fondamentalement une activité économique, ce qui signifie faire plus et mieux au moindre coût. Le plus étonnant c'est que tant de Français paraissent ne pas voir les choses ainsi. Ils se refusent à reonnaître le lien entre les impôts qu'ils payent et les services qu'ils reçoivent. Ils sont prêts à serrer leurs dépenses pour boucler leurs fins de mois, pas à abandonner le mirage de l'État bienfaiteur.

Tant qu'il en sera ainsi, François Hollande, tout comme ses prédécesseurs et ses successeurs, fera ce qu'il faut pour trouver de l'argent. La révolte contre les impôts couve? Pas de problème, on laisse les prix contrôlés déraper. Le taux d'inflation est nul, et pourrait même devenir négatif parce que les entreprises se voient obligées de baisser les prix, mais les billets de train et tout le reste continuent d'augmenter. L'argumentaire est bien au point. Que voulez-vous, les pigeons sont faits pour être plumés. Surtout qu'ils n'ont pas de dents.

Voir les commentaires

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Publié le par Stella Vidal

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Il faut y penser pour les fêtes, innover, faire un apéritif de vins aux fruits haut de gamme, pour surprendre et donner du bonheur !

Les couleurs de la gamme des vins aux fruits Winyfruiti font penser au soleil, au farniente, à un moment de gaîté convivial. Des vins rouges aux vins blancs, en passant par les vins rosés francs ou dorés, tous évoquent le plaisir des yeux et l’envie de déguster. Tous ces fruits qui entrent dans la composition des vins Winyfruiti sont autant de gourmandises : des framboises aux fraises, des poires aux ananas et aux agrumes tels orange, citron et autres fruits (entrant dans la fabrication de la Sangria rouge dite Winygria rouge ou de la Sangria blanche dite Winygria blanche) tous sans exception évoquent le ciel bleu, le soleil et l’eau, la vie douce, un agréable moment sympa autour du fruit gorgé de vitamines, du fruit bien de chez nous évoquant le terroir à celui plus exotique.

Pour conjuguer le plaisir d’un bon vin au cépage reconnu à celui d’un fruit, Winyfruiti a mis pour vous du vin et des fruits en bouteille pour aller au bout de l’extase ! En apéritif, au dessert, ou à tout autre moment plaisir de la journée, les vins aux fruits winyfruiti trouveront leur place.

N’hésitez pas à aller sur le site de vente de ces vins aux fruits remarquables : www.winyfruiti.com, faites un essai, commandez et goûtez, vous devriendrez des fidèles de ces vins aux fruits réussis et épaterez vos amis.

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupeFRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>