Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CHATEAU YQUEM, UN DES VINS LES PLUS CHERS DU MONDE

Publié le par Stella Vidal

CHATEAU YQUEM, UN DES VINS LES PLUS CHERS DU MONDE

Les vins de Château d'Yquem ont la réputation de pouvoir se bonifier indéfiniment. (© Terre-net Média)

Un Bordeaux de 200 ans a été vendu à Londres pour 75.000 livres (85.000 euros), devenant ainsi la bouteille de vin blanc la plus chère au monde, a annoncé un marchand de vin.

Le Château d'Yquem 1811 a été acheté par un collectionneur français, Christian Vanneque, pour son nouveau restaurant à Bali. La bouteille a été vendue au Ritz de Londres par The Antique Wine Company, une entreprise spécialisée dans la vente de vins rares. Stephen Williams, Pdg de l'entreprise, a encensé le « millésime légendaire » qui doit son succès en partie à la météo exceptionnelle de cette année-là. « Le Château d'Yquem est le meilleur vin blanc au monde », a-t-il déclaré.

« Il a la capacité de durer plus longtemps que tous les autres vins blancs »

Contrairement à la plupart des vins blancs qui se détériorent avec le temps, le Château d'Yquem, cultivé près de Sauternes dans le vignoble de Bordeaux, gagne en maturité et peut se bonifier indéfiniment. L'importante quantité de sucres résiduels, combiné à l'acidité naturelle des raisins, joue le rôle de conservateur et empêche le vin de se détériorer, a-t-il expliqué. « Il a la capacité de durer plus longtemps que tous les autres vins blancs », a ajouté M. Williams. Bien que la bouteille n'ait pas encore été ouverte, le vin a probablement une « douceur caramélisée », a-t-il estimé. « Nous imaginons qu'il a une texture crémeuse, enrobant la bouche de sa richesse et laissant un goût sucré », a-t-il ajouté.

Le précédent record pour un vin blanc était détenu par un Château d'Yquem Sauternes de 1787, qui provient du même vignoble que le millésime 1811 et coûte environ 60.000 dollars la bouteille. Le record du vin le plus cher au monde appartient à un Cheval-Blanc 1947, un vin rouge vendu chez Christie's à Genève pour 304.375 dollars en novembre dernier.

Finalement nos vins fruités "Winyfruiti" sont donnés, allez faire un tour sur notre site ! www.winyfruiti.com

Voir les commentaires

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

Publié le par Stella Vidal

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

le petit livre rouge de Charb que je cite dans l'article ci-dessous

Ce soir je revendique MA liberté d’expression. En effet, suite aux terribles évènements causés par ces salauds d’islamistes radicaux, les Français ont bien réagi, ils se sont réveillés pour dire NON à l’islamisme rampant et dangereux, pour soutenir la liberté d’expression, pour affirmer l’union du peuple de France que les fous d’Allah voudraient mettre à genoux.

Tout cela est émouvant, et on se surprend à rêver que ça dure. De ce point de vue-là, je ne veux pas pécher par pessimisme, mais je crains que cette solidarité ne s’étiole trop vite. Tant mieux si je me trompe.

Par contre, si j’ai été Charlie comme mes compatriotes devant les actes terrifiants des intégristes musulmans que je ne peux accepter, je reste lucide et n’irai pas jusqu’à acheter Charlie pour le faire vivre : c’est plus fort que moi, ce journal a beaucoup trop, en maintes circonstances, insulté, traîné dans la boue, humilié toutes sortes de personnes, politiques, people ou religieux. L’exemple le plus connu (mais pas le seul) est le livre que Charb avait sorti sur Nicolas Sarkozy, un livre comprenant textes et caricatures qui m’ont donné la nausée. Ceci étant dit, je n’ai à aucun moment pensé qu’on pouvait museler Charlie et encore moins les tuer !!!

Mais puisqu’on parle de LIBERTE D’EXPRESSION, je pose une question : « Pourquoi a-t-on viré Eric Zemmour d’I-Télé parce qu’il a écrit un livre où il essaie de démontrer la lente descente aux enfers de la France depuis plusieurs décennies et l’aveuglement des politiques devant une immigration non maîtrisée et l’échec de l’intégration qui s’en est suivi ».

Alors je ne suis pas d’accord sur tout ce qu’a écrit Zemmour, mais je partage l’essentiel de ce livre « Le suicide Français » qui révèle s’il le fallait, la culture de son auteur, sa pédagogie, et surtout sa clairvoyance. Je soutiens aussi Zemmour pour cette obstruction à sa liberté d’expression et cette cabale journalistique organisée contre lui. Sinon la liberté d’expression de Charlie Hebdo n’a plus de sens si elle devient à sens unique parce qu’il y a eu attentat : les gens doivent-ils mourir pour qu’on leur accorde le droit de s’exprimer librement ?

LIBERTE D'EXPRESSION : ET ERIC ZEMMOUR ???

Voir les commentaires

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Publié le par Stella Vidal

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Ne pouvant à mon grand regret me déplacer pour participer aux grandes manifestations Républicaines organisées partout en France aujourd'hui, je mets en ligne ces quelques mots et images pour affirmer mon soutien sans faille à la France contre la barbarie islamique, contre toute atteinte à nos libertés fondamentales.

JE SUIS JUIVE, JE SUIS CHARLIE

Voir les commentaires

CHARLIE HEBDO : UNE FAILLE BEANTE DANS LE RENSEIGNEMENT : GRAVISSIME !

Publié le par Stella Vidal

CHARLIE HEBDO : UNE FAILLE BEANTE DANS LE RENSEIGNEMENT : GRAVISSIME !

Le suivi des frères Kouachi a-t-il fait, courant 2014, l'objet d'un arrêt de prise en charge directe par la structure centrale de la DGSI ? Le gouvernement va devoir s'expliquer sur les faiblesses de notre dispositif de surveillance antiterroriste.

Une «faille». Le mot a été lâché par le premier ministre en personne. «Il y a une faille bien évidemment. Quand il y a dix-sept morts, c'est qu'il y a eu des failles», a-t-il déclaré, dès vendredi. Manuel Valls a compris qu'il avait intérêt à prendre les devants, lui qui, faisant allusion à l'affaire Merah, avait lancé, en s'adressant aux bancs de l'opposition, à l'Assemblée: «Le retour du terrorisme, c'est vous!»

Comment a-t-on pu négliger, en effet, la montée en puissance de l'équipe Kouachi-Coulibaly? Selon certaines sources, le suivi des frères Kouachi, à qui l'on doit la tuerie de Charlie Hebdo, mercredi dernier, aurait fait, courant 2014, l'objet d'un arrêt de prise en charge directe par la structure centrale de la Direction générale de sécurité intérieure (DGSI), qui gère les cas les plus lourds. Le dossier aurait été reversé à un échelon inférieur, une direction zonale, issue de la réforme du renseignement décidée après l'affaire Merah. «Et c'est peut-être là que la déperdition en informations s'est accentuée», spécule une source judiciaire.

En clair: non seulement le déclassement vers un échelon local témoignerait du manque de discernement des autorités, mais en plus, l'échelon local n'aurait même pas pris le relai correctement. Comme si la réforme du Renseignement à ce niveau était encore une coquille vide. Il est symptomatique d'ailleurs d'entendre les professionnels de l'antiterrorisme se plaindre régulièrement que le travail qu'effectuaient les ex-Renseignement généraux (RG) autrefois, dans les départements, n'est plus réalisé.

Des hommes considérés comme dangereux il y a plusieurs années

Quoi qu'il en soit, pour l'équipe Valls qui pensait exploiter à coups de commissions d'enquête les failles de l'affaire Merah, le dossier est épineux. Le gouvernement va devoir gérer l'explication de ce qui s'est passé ces jours-ci et qui vaudrait bien en soi une nouvelle commission d'enquête.

Si l'affaire du tueur de Toulouse, jamais condamné pour terrorisme avant qu'il ne commette l'horreur absolue, est une faille, que dire en effet des événements qui viennent de se produire? Voilà des individus qui, durant trois jours, ont mis le pays à feux et à sang alors qu'ils étaient membres de réseaux connus, poursuivis, condamnés, parfois à plusieurs reprises. Cela mérite pour le moins un éclaircissement.

Certains objecteront que les Kouachi étaient passés à travers une vraie sanction faute d'éléments à charge suffisants. Mais l'argument ne vaut pas pour les services de renseignement antiterroristes, qui considéraient ces hommes comme dangereux au moment de leurs garde à vue ou de leurs procès, il y encore quelques années. Les services auraient-ils perdu la mémoire?

Djamel Beghal, l'ami des Koulibaly et des Kouachi était l'homme qui voulait, dès 2001, faire sauter l'ambassade des États-Unis ou un centre culturel américain à Paris. Smaïn Ait Ali Belkacem, celui que ce quatuor et quelques autres voulaient aider à s'évader de la prison de Clairvaux en France en 2010, était le poseur de bombe de l'attentat de la station RER d'Orsay, à Paris, le 17 octobre 1995, qui fit trente blessés.

Plus qu'une faille, un abysse

Les compagnons d'arme des frères Kouachi et autres Coulibaly sont autant de noms que tous les spécialistes des questions terroristes, journalistes, magistrats ou policiers connaissaient. Une simple recherche sur Google, un clic dans les archives de presse et tout remontait à la surface, avant même les drames qui viennent d'endeuiller la France. Le nom de Mohamed Merah, lui, n'aurait pas dit grand-chose à quiconque s'il avait été mis dans les moteurs de recherche d'Internet avant les tueries de mars 2012.

Les services savaient même que l'un des frères Kouachi s'était rendu en 2011 au Yemen, dans des camps d'entraînement. Ce n'est plus une faille, c'est un abysse. Mais que peuvent réellement les autorités face à des djihadistes chaque jour plus nombreux, qui comptent au moins 50 à 100 activistes susceptibles de passer à l'acte et un vivier de plus d'un millier d'exaltés imprévisibles? Ce n'est pas faire injure à l'appareil de sécurité, qui a su montrer sa capacité de réaction après les événements, que d'insister sur l'impérieuse nécessité de parfaire ses outils d'anticipation. Puisque le gouvernement lui même explique que le péril est grand !

Voir les commentaires

COMMENT HOLLANDE VA VOUS PLUMER EN 2015, EFFARANT ET INEVITABLE : à lire sans modération

Publié le par Stella Vidal

COMMENT HOLLANDE VA VOUS PLUMER EN 2015, EFFARANT ET INEVITABLE : à lire sans modération

Charles Wyplosz analyse l'économie pour Figarovox. Cette semaine il explique comment la promesse de François Hollande sur les impôts n'empêche pas la hausse des prix réglementés.

Charles Wyplosz est professeur d'économie internationale à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, et directeur du Centre international d'études monétaires et bancaires.

Ses principaux domaines de recherche sont les crises financières, l'intégration monétaire européenne, les politiques monétaires et budgétaires ainsi que l'intégration monétaire régionale. Il intervient fréquemment comme expert auprès d'organisations internationales .

François Hollande joue sur les mots. A l'ENA, on vous explique la différence entre impôts et autres prélèvements obligatoires, et on ne considère pas les prix réglementés comme des prélèvements. Tout ceci se mélange douloureusement dans les porte-monnaie des citoyens qui ne comprennent pas, faute de ne pas être allés à l'ENA. Une sorte de taxe sur l'ignorance.

S'il y a des pertes, qui donc les comble ? Réduire les pertes c'est alléger les dépenses publiques et avoir besoin de moins d'impôts. Tout se mélange dans le grand porte-monnaie de l'État, comme dans celui des citoyens. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre.

Le cas de la SNCF est exemplaire. Elle ne peut rien faire sans l'accord du gouvernement. Donc l'augmentation qui s'annonce est bien une décision du gouvernement. C'est bien une taxe. D'abord, parce que nous n'avons pas le choix, comme pour les impôts. La SNCF reste un monopole pour la quasi-totalité des transports ferroviaires des Français. Certes, le trafic est ouvert à la concurrence dans le cadre des accords européens, mais il y a mille et une manières de décourager la concurrence et nos politiques ne s'en privent pas. Ensuite, parce que la SNCF fait partie du budget de l'État. S'il y a des pertes, qui donc les comble? Réduire les pertes c'est alléger les dépenses publiques et avoir besoin de moins d'impôts. Tout se mélange dans le grand porte-monnaie de l'État, comme dans celui des citoyens. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'ENA pour le comprendre.

La justification avancée par la SNCF est d'une parfaite mauvaise foi. Il s'agirait de financer les investissements

Mais à la SNCF on ne peut ni réduire les salaires, ni alléger les effectifs. Un monopole qui ne risque pas de mourir, service public oblige, opère sur une autre planète. Aux frais des usagers et au bon vouloir du gouvernement.

et d'améliorer la sécurité des passagers. Bien sûr, on ne vous parle pas des retraites plus que généreuses des cheminots, ou de leurs salaires plutôt avantageux, deux postes qui plombent la compagnie nationale. Non, ça c'est l'eau qui coule sous les ponts et qu'on ne peut pas toucher sérieusement sous menace de grève. Alors on amuse la galerie en déroulant de superbes projets d'investissements.

Mais comment font les entreprises qui doivent investir? Elles ne peuvent pas augmenter leurs tarifs, concurrence oblige. Alors elles empruntent. Ce qui les oblige à réfléchir très sérieusement à la rentabilité de leurs projets, faute de quoi elles ne pourront pas rembourser. On ne se pose pas ce genre de question dans un monopole, on augmente les tarifs. Et quand une entreprise perd de l'argent année après année, soit elle réduit des coûts, soit elle meurt. Mais à la SNCF on ne peut ni réduire les salaires, ni alléger les effectifs. Un monopole qui ne risque pas de mourir, service public oblige, opère sur une autre planète. Aux frais des usagers et au bon vouloir du gouvernement.

Tant qu'il en sera ainsi, François Hollande, tout comme ses prédécesseurs et ses successeurs, fera ce qu'il faut pour trouver de l'argent. La révolte contre les impôts couve ? Pas de problème, on laisse les prix contrôlés déraper.

François Hollande sait tout ça, bien sûr. Il sait que les coûts des administrations et des entreprises dans le giron, officiel ou non, de l'État ne sont pas vraiment contrôlés, et qu'il n'a plus les moyens de les financer sans compter. Il n'a aucune envie d'essayer d'appliquer à ce gigantesque ensemble d'activités les méthodes qui ont fait leurs preuves dans le secteur privé. La raison c'est qu'il agit du «Service Public qui ne doit pas succomber à la logique du profit». Personne ne parle de profits, ce serait trop désespérant. Mais le secteur public, tout comme le secteur privé, est fondamentalement une activité économique, ce qui signifie faire plus et mieux au moindre coût. Le plus étonnant c'est que tant de Français paraissent ne pas voir les choses ainsi. Ils se refusent à reonnaître le lien entre les impôts qu'ils payent et les services qu'ils reçoivent. Ils sont prêts à serrer leurs dépenses pour boucler leurs fins de mois, pas à abandonner le mirage de l'État bienfaiteur.

Tant qu'il en sera ainsi, François Hollande, tout comme ses prédécesseurs et ses successeurs, fera ce qu'il faut pour trouver de l'argent. La révolte contre les impôts couve? Pas de problème, on laisse les prix contrôlés déraper. Le taux d'inflation est nul, et pourrait même devenir négatif parce que les entreprises se voient obligées de baisser les prix, mais les billets de train et tout le reste continuent d'augmenter. L'argumentaire est bien au point. Que voulez-vous, les pigeons sont faits pour être plumés. Surtout qu'ils n'ont pas de dents.

Voir les commentaires

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Publié le par Stella Vidal

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Il faut y penser pour les fêtes, innover, faire un apéritif de vins aux fruits haut de gamme, pour surprendre et donner du bonheur !

Les couleurs de la gamme des vins aux fruits Winyfruiti font penser au soleil, au farniente, à un moment de gaîté convivial. Des vins rouges aux vins blancs, en passant par les vins rosés francs ou dorés, tous évoquent le plaisir des yeux et l’envie de déguster. Tous ces fruits qui entrent dans la composition des vins Winyfruiti sont autant de gourmandises : des framboises aux fraises, des poires aux ananas et aux agrumes tels orange, citron et autres fruits (entrant dans la fabrication de la Sangria rouge dite Winygria rouge ou de la Sangria blanche dite Winygria blanche) tous sans exception évoquent le ciel bleu, le soleil et l’eau, la vie douce, un agréable moment sympa autour du fruit gorgé de vitamines, du fruit bien de chez nous évoquant le terroir à celui plus exotique.

Pour conjuguer le plaisir d’un bon vin au cépage reconnu à celui d’un fruit, Winyfruiti a mis pour vous du vin et des fruits en bouteille pour aller au bout de l’extase ! En apéritif, au dessert, ou à tout autre moment plaisir de la journée, les vins aux fruits winyfruiti trouveront leur place.

N’hésitez pas à aller sur le site de vente de ces vins aux fruits remarquables : www.winyfruiti.com, faites un essai, commandez et goûtez, vous devriendrez des fidèles de ces vins aux fruits réussis et épaterez vos amis.

FRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupeFRAMBOISES, FRAISES, ANANAS etc... les vins aux fruits ont le vent en poupe

Voir les commentaires

Winyfruiti les recettes haut de gamme des vins aux fruits

Publié le par Stella Vidal

Winyfruiti les recettes haut de gamme des vins aux fruits

Savez-vous comment sont élaborés les vins aux fruits pour la plupart d'entre eux ? Avec des vins dits de table (ce qu'il y a de plus ordinaire sur le marché), difficile à boire seul, genre la piquette du grand-père quand il faisait son vin lui-même avec son carré de vigne et encore que le grand-père ne trafiquait pas avec des produits stabilisants ! A ce vin, pour le rendre buvable et le parfumer on y ajoute du sirop de fruits (fraise, framboise, cerise etc...) ou des arômes artificiels très parfumés, mais qui n'ont jamais vu un fruit de près ou de loin. Et on appelle ça Fruits et Vin ou autre expression évocatrice de naturel.

Nous chez « Winyfruiti » nous avons depuis le début de l’aventure, banni de nos pratiques ce genre de chose. Nous achetons des vins AOC ou IGP, que nous goûtons avant pour voir si déjà, seuls, ils conviennent au palais. Ensuite, nous introduisons des extraits naturels de fruits : les fruits sont travaillés en laboratoire pour être réduits au maximum et concentrer leur saveur, un peu comme les extraits de parfum. Nous additionnons ces extraits obtenus aux vins, et nous ‘sucrons’, non pas avec du sucre de canne mais avec du « moût concentré de raisin ». Ceci donne la version dite courante de nos vins. Nous avons aussi une version dite « Premium » qui est fabriquée avec le fruit macéré dans le vin et addition de MCR (moût concentré de raisin). Cette version-là qui est la Rolls de notre production, est bien sûr un peu plus chère car elle nécessite des opérations diverses et du temps pour arriver à la version finale. Mais il y a pour les Premium un engouement certain.

De tout manière, que ce soit la version arômes naturels ou macération, tous nos vins sont d’une finesse exquise, équilibre naturel entre vin et fruits afin qu’on retrouve dans chacun le meilleur de chaque ingrédient.

Pour le goûter, il suffit d’en acheter sur notre site www.winyfruiti.com

Winyfruiti, la finesse d’un vin, la force d’un fruit

Winyfruiti les recettes haut de gamme des vins aux fruits

Voir les commentaires

www.winyfruiti.com, LE SITE DE VINS AUX FRUITS HAUT DE GAMME

Publié le par Stella Vidal

www.winyfruiti.com, LE SITE DE VINS AUX FRUITS HAUT DE GAMME

Depuis quelques jours notre site de vins aux fruits "Winyfruiti" est en ligne.

10 références de vins intensément fruités, pas tous encore disponible mais sur le point de l'être (en cours de fabrication). Nos premières références : Rosé Pamplemousse, Rouge Fraise et Blanc Poire sont sur les rayons, vont suivre dès le début de la semaine Blanc Ananas et Sangria rouge (Winygria)

Les autres références, Sangria blanche (Winygria blanche), Blanc Pêche, Rouge Cerise, Blanc Framboise Premium et Blanc Fraise Premium viendront compléter dès décembre la gamme de vins aux fruits.

Pourquoi choisir nos vins aux fruits plutôt que d'autres qui abondent dans les supermarchés et autres points de vente à des prix défiant toutes concurrences ? La réponse est celle-ci : nous avons privilégié la qualité, nous avons délibérément voulu nous positionner sur un créneau haut de gamme garant d'une qualité de vin (nous ne travaillons qu'avec des AOC (appellation d'origine contrôlée) et des IGP (indication géographique protégée). Nos produits sont naturels et nos vins ne sont pas élaborés par simple adjonction de sirops aux fruits comme c'est le cas pour la majorité des vins du marché.

Nous avons mis du temps à essayer des recettes, aidés en cela par nos eonologues, car nous voulions les meilleurs résultats et les meilleures qualités dégustatives. Evidemment le coût d'une bouteille est plus cher qu'un vin bas de gamme, mais c'est comme comparer un poulet de grain élevé en plein air et un poulet de batterie qui n'a jamais vu le jour élevé avec des substances destinés à le rendre vendable au bout de quelques semaines !

Nous sommes certains que toutes celles et ceux qui recherchent l'authentique, le naturel, la qualité, viendront vers nos vins, surtout après les avoir goûtés !

WINYFRUITI, LA FINESSE D'UN VIN, LA FORCE D'UN FRUIT

Voir les commentaires

Dominique Reynié, aveyronnais, ou la vision pragmatique de notre France à la dérive

Publié le par Stella Vidal

Dominique Reynié, aveyronnais, ou la vision pragmatique de notre France à la dérive

Dominique Reynié est aveyronnais et professeur de sciences politiques à Sciences Po. Ses travaux portent sur les transformations du pouvoir politique, l'opinion publique et ses manifestations, les mouvements électoraux, en France et en Europe. Depuis octobre 20082, il est directeur général de la Fondation pour l'innovation politique. Il est notamment l'auteur de Populisme: la pente fatale (Plon 2011) , Les nouveaux populismles (Fayard 2013),. Son dernier livre, Révolution française parait le 16 octobre 2014 chez Plon.

Dominique Reynie @DominiqueReynie sur Twitter

Nous assistons à la ruine de notre système politique comme s'il ne s'agissait que d'un fait divers, mais demain ne sera pas un autre jour.

7:01 PM - 8 Nov 2014

Dominique Reynié (dans un entretien au Figaro): Ce qui retient toute mon attention, au point que je dois résister à une sorte de fascination, est le débordement complet des politiques nationales par les puissances que l'Histoire est en train de libérer, ce qui fait craindre le pire mais ne doit pas nous décourager d'espérer le meilleur. La terre tremble, pour reprendre le titre du film de Visconti: le réchauffement climatique prend de la vitesse, l'islamisme chasse le christianisme de son Orient natal - excusez du peu! -, les dettes - publiques et privées - sont devenues océaniques, la transition démographique recompose l'ordre politique planétaire, l'idée démocratique paraît épuisée par l'impuissance gouvernementale, quand les pays émergents, beaucoup plus autoritaires, ont le vent économique en poupe… la liste est longue des enjeux qui se présentent à nous, quand un seul est capable de bouleverser nos vies.

En France comme ailleurs les gouvernants perdent pied. En témoigne le contraste spectaculaire entre la vénération d'un passé morbide dans un usage démesuré de la commémoration et l'incapacité à regarder devant, à penser le futur et, bien sûr, à le bâtir.

Au cœur de ce grand tourbillon, je ne vois aucun dessein proposé aux Français, aucun horizon tracé, aucun rêve de conquête ni de grandeur.

François Hollande est au plus bas dans les sondages, l'opposition apparaît déchirée et n'a pour l'heure aucun leader incontestable. Les grands partis traditionnels sont-ils selon vous en mesure de redresser le pays? Leur logiciel politique est-il toujours adapté aux enjeux actuels?

C'est précisément pour répondre à cette question qu'il faut d'abord prendre la mesure de la situation historique dans laquelle nous nous trouvons. Notre ordre politique national est le résultat d'un état des choses qui n'est plus et chaque jour qui passe le montre avec plus de clarté que la veille. C'est l'esprit de l'innovation qui devrait animer nos débats et déterminer nos choix. La France existe quand elle est au rythme du monde. (extrait d'un interview réalisé par LeFigaro.

Voir les commentaires

RECETTE D'UN GATEAU A DAMIER CHOCOLAT VANILLE arrosé d'un vin Blanc Poire Winyfruiti

Publié le par Stella Vidal

RECETTE D'UN GATEAU A DAMIER CHOCOLAT VANILLE arrosé d'un vin Blanc Poire Winyfruiti

Confectionner 2 gâteaux « quatre-quarts » au beurre, dont l’un à la vanille, l’autre avec 3 cuillerées à soupe bombées de chocolat en poudre Van Houten.

Laisser refroidir les gâteaux. Ensuite, enlever délicatement la partie bombée sur le dessus des gâteaux à l’aide d’un couteau à large lame lisse. Découper les 2 gâteaux en cubes réguliers ou bien en tranches épaisses. Faire fondre 200 grs de chocolat blanc avec 80 grs de beurre dans un petit saladier et 200 grs de chocolat noir avec 80 grs de beurre dans un autre.

Y tremper tour à tour les cubes de quatre-quart vanille dans le chocolat blanc et les cubes de quatre-quart chocolat dans le chocolat noir. Disposer soit dans un plat rectangulaire (plus facile) soit dans un cercle métallique pour pâtisserie, les cubes vanille chocolat en alternant pour former un damier en 2 couches. Les pâtes au chocolat blanc et noir permettront l’agglomération des cubes.

Une fois terminé le montage, recouvrir d’une ganache au chocolat parfumée avec soit 1 cuillerée à café bombée de café soluble, soit avec 2 cls de Baileys, soit avec 2 cls de rhum : faire chauffer doucement 20 cls de crème fraîche dans laquelle on a incorporé 150 grs de chocolat et le parfum de son choix, amener lentement à ébullition tout en ne cessant de remuer en tournant pour obtenir une crème lisse. Laisser tiédir à presque froid pour que l’appareil se fige, puis étaler avec une lame sur le gâteau.

Voilà c’est fait, un peu riche certes, mais tellement bon et joli !

Entre adultes, arrosez ce gâteau avec un vin blanc poire de la gamme Winyfruiti (www.winyfruiti.com), ce vin accompagnera délicieusement ce gâteau, poire et chocolat ayant toujours fait bon ménage ! Pour les enfants, formez-les au goût avec un jus de fruit de poire.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>