Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

L'ENFANT MALTRAITE TELEPHONE AUX GENDARMES (HERAULT)

 Lundi dernier, il est 22 heures. Un gendarme de Pézenas décroche le téléphone. A l’autre bout du fil, une toute petite voix : « Il faut venir à la maison, papa et maman se bagarrent, ils ont bu trop de vin. »

L
es gendarmes foncent à Montagnac. Trouvent un petit garçon de 6 ans, près d’une cabine téléphonique. Dans la maison, une femme complètement ivre, la mère de l’enfant. Pendant qu’ils l’emmènent, ils chargent les policiers municipaux de rester en faction dans la rue avec le gamin. Le père en furie, pris d’alcool lui aussi, les injurient par la fenêtre et leur montre un sabre qu’il fait mine d’aiguiser sur le mur. 


Ce coup de fil va dévoiler l’enfer quotidien d’un gamin. Livré à lui-même. Exutoire du mal-être de parents saouls du matin au soir. Un voisin a filmé une scène
où la mère assène une claque magistrale à son enfant sans raison. Le couple reconnaît du bout des lèvres corriger son fils. « Mais il a tout ce qu’il veut ! », marmonne le père. 

image d'archives


Les mots du petit sont terribles : « Cela se passe le soir, dans la journée ils boivent ; je me cache sous les couvertures, maman me donne des claques quand elle est bourrée ; elle boit quand papa va voir les putes ou quand il veut chercher tata pour faire l’amour. » Et quand les gendarmes lui demandent ce qu’il veut : « Que maman et papa arrêtent de boire. » 

L’alcool, le cœur du problème, selon l’avocat du conseil général, représentant légal de la petite victime, placée en famille d’accueil : « Ces gens ne sont pas des pervers qui aiment battre leur enfant comme plâtre, ni des gens dépassés par la turbulence d’un enfant ; depuis 6 ans, Dylan est la première victime de l’alcoolisme de ses parents. » 

Un enfant d’une maturité incroyable selon la vice procureur Marina Jourdain : « Il est beau comme un ange, si sage et si intelligent qu’il n’aura malheureusement pas la chance d’oublier ce début de vie. Ses parents n’ont parlé que d’eux, n’ont pas conscience de l’existence de cet enfant, ils parlent d’histoires de fesses devant lui ! Quand on lui demande ce qu’il veut, il ne pense même pas à lui, il ne veut plus que ses parents se battent ! » A l’issue d’un réquisitoire de vingt minutes, elle requiert un an de prison avec mandat de dépôt à l’audience pour les prévenus qui se présentent libres à la barre. 

Me Pargoire plaide l’enfance malmenée de sa cliente, sourde de naissance : « Le vilain petit canard de la famille. Le premier qui l’a regardée, a été gentil, est le père de leur enfant, lui aussi démoli par un divorce. » Le tribunal a condamné les deux prévenus à un an de prison avec mandat de dépôt. Ils devront régler 1 500 € à l’enfant et le père 500 € à chacun des policiers insultés.

Partager cet article

Repost 0