Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

Balladur : "Pourquoi Sarkozy serait-il le seul à être réduit au silence?"

INTERVIEW - L’ancien Premier ministre revient, dimanche, dans le JDD, sur le projet de réforme territoriale de François Hollande. Il appelle également Nicolas Sarkozy à reprendre la parole. Extraits.

Jean-François Copé assure que l’UMP est "prête à prendre ses responsabilités" en cas de cohabitation. Mais celle-ci est-elle possible dans le quinquennat?
Comme vous le savez, j’ai été le premier, il y a plus de trente ans, à proposer que la cohabitation soit possible. Depuis que le quinquennat a été institué, les élections présidentielles et législatives ont lieu quasiment ensemble, il existe un véritable contrat d’association entre le président et la nouvelle Assemblée. En outre, lorsqu’une majorité hostile au président est élue à la suite d’une dissolution, cela constitue pour celui-ci un véritable désaveu. Il en résulte que ce désaveu du président après une dissolution qu’il a décidée et sous le régime du quinquennat pose le problème en des termes différents. En pareil cas, la cohabitation me semble impossible.

Nicolas Sarkozy doit-il intervenir dans ce débat européen?
Tout le monde intervient. Pourquoi serait-il le seul à être réduit au silence, alors qu’il a, en la matière, une expérience que tout le monde reconnaît?

Doit-il revenir pleinement dans le débat politique?
S’il a l’intention de jouer à nouveau un rôle politique, il lui sera difficile de maintenir le doute. Devrait-il intervenir dans le jeu politique quotidien? Pas nécessairement. Il pourrait commencer en proposant régulièrement les grandes orientations d’une politique nouvelle pour la France en 2017. Les sujets ne manquent pas. La France de 2017 ne sera pas celle de 2012 ni celle de 2007.

Pour lire cette interview en intégralité, cliquez ici. Découvrez également nos offres d'abonnement papier.

Partager cet article

Repost 0