Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

VOYOUS ET CASSEURS : UN MILLION D'EUROS DE PREJUDICE EN 2 NUITS D'EMEUTES A PARIS

Près de 50 véhicules ont été dégradés pour une facture prévisible de 150.000 euros, trois voitures brûlées, pour 30.000 euros de plus.

Près de 50 véhicules ont été dégradés pour une facture prévisible de 150.000 euros, trois voitures brûlées, pour 30.000 euros de plus. Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP


Le Figaro  a reconstitué la facture des pillages et des violences au Trocadéro et sur les Champs-Élysées.

Publicité

De 750.000 à un million d'euros de préjudice en seulement deux nuits d'échauffourées à Paris! Le Figaro a chiffré les dérapages de la «fête» pour le titre du PSG dans la capitale, les dimanche 12 et lundi 13 mai.

L'inventaire des dégâts a été fourni par les services municipaux et les élus des arrondissements concernés, après qu'ils ont effectué un recensement des sinistres auprès des riverains, des commerçants et des acteurs publics ou privés concernés par ces débordements.

La liste tient de l'inventaire à la Prévert. «Plus de 15 vitrines de commerces détruites (place du Trocadéro, avenue Kléber et rues adjacentes)»: 150.000 euros de dégâts, «dont 50.000 à 70.000 pour le seul Café Kléber». Auxquels il faut ajouter plus de 50.000 euros de préjudice pour quatre enseignes des Champs-Élysées: Peugeot (25.000 euros), Vuitton, mais aussi Hugo Boss.

Le jardin du Trocadéro saccagé

Dans le XVIe, outre une papeterie et un supermarché Carrefour City, victimes de pillages, deux belles bijouteries de l'avenue Victor-Hugo ont subi des razzias. Coût estimé des vols: 70.000 euros au bas mot.

On a dénombré 50 véhicules dégradés pour une facture prévisible de 150.000 euros, trois voitures brûlées, pour 30.000 euros de plus, sans parler d'une dizaine de scooters, pour environ 20.000 euros.

Le mobilier urbain cassé ou détérioré (bancs, panneaux, grilles de protection des pelouses) coûtera 20.000 euros à remplacer ou à réparer. Le jardin du Trocadéro a été «saccagé, côté Musée de l'homme», aggravant encore la note pour le contribuable parisien. «Peut-être 10.000 euros de réfection», estime un élu. Sans parler du coût de sécurisation des échafaudages autour du Palais de Chaillot. Ces mêmes échafaudages que les casseurs jetaient sur les forces de l'ordre.

Coût médical des blessés

«Songez que la Mairie de Paris avait réclamé aux responsables de la pacifique Manif pour tous la coquette somme de 100.000 euros pour avoir seulement foulé la pelouse du Champ-de-Mars, le 13 janvier dernier!», rappelle un élu UMP de la capitale.

Il faut y additionner les surcoûts liés au ramassage des multiples débris, mais aussi le coût de la sécurité privée qu'il a fallu mettre en place pour parer aux vols après l'événement: 100.000 euros de plus.

Le seul coût estimé dans le XVIe arrondissement de Paris est de près de 500.000 euros. Député UMP de Paris, Pierre Lellouche, élu du VIIIe, livre «l'estimation basse» pour son propre quartier: «250.000 euros sans être exhaustif», confie-t-il, après avoir contacté ses administrés mais aussi le commissariat de police d'arrondissement, aujourd'hui dessaisi du dossier au profit d'un service spécialisé de la Préfecture de police.

Le seul coût estimé dans le XVIe arrondissement de Paris est de près de 500.000 euros

Total général pour les deux arrondissements théâtres des émeutes: 750.000 euros. Auxquels il faut encore ajouter le coût médical des blessés (une trentaine), le pretium doloris et les surcoûts d'emploi des forces de sécurité. Car il a fallu ramener jusqu'à 9 unités des forces mobiles pour parer à ces deux nuits de violence.

Les CRS ont un coût que la Préfecture de police n'oublie pas de facturer, notamment aux acteurs des rencontres sportives, quand cela s'impose. Un agent des forces mobiles touche en heures supplémentaires 12 euros de l'heure, au-delà de huit heures de service. S'il est dépêché de province, il faut lui verser également de copieuses indemnités journalières d'absence temporaire (Ijat). La part des traitements et salaires des fonctionnaires et militaires engagés se facturait au taux horaire de 9,10 euros en 2005. In fine, une note à un million d'euros est loin d'être fantaisiste.

 



 

Partager cet article

Repost 0