Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

SECURITE RENFORCEE DANS LES AEROPORTS


Après la tentative d'attentat aux Etats-Unis, plusieurs aéroports internationaux ont musclé leur surveillance. Des compagnies interdisent à leurs passagers de se lever dans l'heure qui précède l'atterrissage

SECURITE AEROPORT

Les passagers embarquant vers les Etats-Unis vont devoir s'armer d'encore plus de patience. Samedi, aéroports et compagnies aériennes ont levé d'un cran leurs consignes de sécurité, après la tentative d'attentat contre un vol Amsterdam-Detroit de Northwest Airlines.


Dans la journée, Air Canada a expliqué avoir reçu la consigne d'interdire à ses passagers de se lever de leurs sièges au cours de l'heure qui précède l'atterrissage. Les voyageurs ne seront pas non plus autorisés à accéder à leurs bagages à main et ne pourront pas avoir d'objets sur leurs genoux. Plusieurs compagnies nationales ont fait état d'un règlement similaire.


Peu avant, la sécurité avait déjà été renforcée dans les grands aéroports d'Europe et d'Amérique du Nord, à la demande des autorités américaines. Les nouvelles mesures consistent notamment à «fouiller les passagers» et à effectuer des «contrôles supplémentaires du bagage à main». A l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle, dès le décollage des premiers avions à destination des Etats-Unis, les passagers étaient contraints d'enregistrer tout bagage à main en soute - à l'exception des sacs à main de femme - et de glisser dans un sac plastique transparent tout objet - comme un livre - emporté à bord.


Tandis que ces mesures étaient aussi bien appliquées à Rome, qu'à Stockholm ou à Londres, Bruxelles a annoncé être en contact «avec les autorités compétentes pour s'assurer que toutes les règles et les procédures ont été suivies en Europe». Il s'agit pour l'essentiel d'appliquer strictement des procédures de contrôle, qui ne peuvent ne pas être appliquées à la lettre en temps normal, faute de moyen. Mais la ministre américaine de la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a prévenu que de nouvelles mesures «imprévisibles» seraient instaurées. Et a invité les passagers à «prévoir plus de temps pour l'enregistrement».

 

«Prévoir plus de temps pour l'enregistrement»

Au-delà de cette réaction immédiate, la tentative d'attentat sur le vol Amsterdam-Detroit pose aussi de nouvelles questions sur l'efficacité même de ces contrôles. Le suspect a en effet collé sur sa jambe de la poudre explosive qu'il voulait faire exploser en la mélangeant avec un liquide dans une seringue.

Une technique nouvelle, difficilement détectable. Tant que les rayons X ne seront pas «remplacés par des scanners corporels» pour inspecter les passagers, «le danger ne sera pas écarté», a expliqué l'ancien directeur de la sécurité de Northwest Airlines, Douglas R. Laid.


L'utilisation de ces scanners est controversée, en raison notamment des présomptions de voyeurisme. Les ondes de ces appareils traversent en effet les vêtements et dessinent sur l'écran le corps dévêtu. Et ces scanners coûtent cher: plus d'un million de dollars, quand un appareil à rayon X classique vaut moins de 50.000 dollars.


Depuis 2001, les innovations n'ont pas manqué pour améliorer la sécurité des aéroports et des vols. Les liquides et gels de plus de 100 ml ont été interdits en cabine, et le blindage des portes de cockpit a été rendu obligatoire. En 2008, prenant exemple sur les Etats-Unis, les «shérifs des airs» armés sur les vols ont été autorisé en Europe.

 

Tant qu'il y aura des cinglés... (Tiens ça pourrait être le titre d'un film)

 

bonweekend3.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :