Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

PEDOPHILIE : LUC FERRY METTRAIT EN CAUSE JACK LANG SANS LE NOMMER

Rumeurs de pédophilie : Jack Lang prêt à contre-attaquer



Crédits photo : ERIC FEFERBERG/AFP

L'ancien ministre PS indique au figaro.fr qu'il est prêt à poursuivre pénalement ceux qui «mettront [son] honneur en cause», après les sous-entendus formulés lundi par Luc Ferry sur Canal + qui pourraient le concerner. La classe politique presse le philosophe de lever l'ambiguïté.

Les propos de l'ancien ministre de la Culture Luc Ferry, qui a accusé lundi soir sur Canal+, sans le nommer, un ancien ministre français d'avoir eu des relations pédophiles au Maroc, suscitent de vives réactions au sein de la classe politique.

Bien que Luc Ferry n'ait pas cité de nom au cours de l'émission, l'Express.fr a indiqué mercredi que les propos du philosophe faisaient référence à «une vieille rumeur» mettant en cause Jack Lang, que «rien n'est jamais venu étayer». Interrogé par le figaro.fr, ce dernier a déclaré : «Je ne souhaite pas me mêler de ces histoires pour l'instant. Je m'exprimerai en temps et en heure. Cette affaire est tristement banale, a estimé l'ancien ministre PS de l'Education nationale. La vulgarité est de notre monde. Seront poursuivis pénalement tous ceux - journaux et personnes - qui mettront mon honneur en cause».

Luc Ferry sur le plateau du Grand Journal :

(voir vidéo en fin d'article)

 

Au cours de l'émission de lundi du Grand Journal de Canal+ consacrée aux scandales sexuels touchant Dominique Strauss-Kahn et Georges Tron, l'ancien ministre de l'Education (2002-2004) a provoqué la stupeur sur le plateau en citant un article paru samedi dans le Figaro Magazine. «Vous avez un épisode qui est raconté d'un ancien ministre qui s'est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons. Probablement ici, nous savons tous de qui il s'agit», a-t-il indiqué.

«Nous savons tous de qui il s'agit»

Interrogé sur l'identité de ce ministre, Luc Ferry s'est refusé à livrer un nom. «L'affaire m'a été raconté par les plus hautes autorités de l'Etat, en particulier par le premier ministre», a-t-il déclaré, sans pour autant dire s'il s'agissait du premier ministre de l'époque, Jean-Pierre Raffarin. «Si je sors le nom maintenant, c'est moi qui serai mis en examen et à coup sûr condamné, même si je sais que l'histoire est vraie».

L'affaire, relatait l'hebdomadaire samedi, serait survenue il y a quelques années. Des policiers de Marrakech seraient tombés sur un ancien ministre français alors qu'ils effectuaient une descente nocturne dans une villa de la palmeraie où était organisée une soirée «bien spéciale». Pour autant, aucune poursuite n'aurait été engagée contre quiconque.

Plusieurs hommes politiques ont demandé mercredi à Luc Ferry d'assumer ses propos et d'entreprendre une action en justice. Le chef de la diplomatie, Alain Juppé, a estimé que l'ancien ministre ferait mieux de «saisir la justice» plutôt que de «bavasser dans la presse». «Quand il y a des faits avérés, c'est une faute de ne pas les révéler mais le droit d'informer, ce n'est pas le droit de calomnier», a déclaré le numéro deux du gouvernement sur France Culture.

Dati : «non-dénonciation d'un crime»

Une position partagée par l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati. «Ce qu'il dit, c'est la non-dénonciation d'un crime», a-t-elle expliqué dans la matinée sur RMC et BFM-TV. Un délit passible de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende. «La pédophilie est un crime donc s'il sait des choses, il doit dénoncer les faits et indiquer de qui il s'agit», a-t-elle ajouté. «Je ne vois pas comment la justice peut ne pas s'emparer de ces propos». L'eurodéputée a par ailleurs souligné qu'il existe en France «une législation qui permet de poursuivre toute personne commettant des actes de pédophilie à l'étranger».


Dominique Paillé est allé plus loin encore en qualifiant de «déplorables» les propos de l'ancien ministre. «On ne peut pas laisser des mots comme cela lancés à la cantonade, des accusations aussi graves, même si elles sont sous couvert d'anonymat», a estimé le vice-président du Parti radical. Luc Ferry doit maintenant «s'expliquer». «Quand on assène de telles affirmations, fondées ou non, on a le courage de les assumer», a insisté l'ex-porte-parole de l'UMP sur Canal +.

Contacté par l'Express.fr, Luc Ferry affirme n'avoir pas eu le sentiment de jouer les délateurs: «J'ai souhaité défendre la presse qui respectait la vie privée et qui ne se rendait pas coupable de diffamation. Je n'ai aucune preuve, ni aucun fait précis sur cette affaire, mais à l'époque où j'étais ministre, j'en ai entendu parler. On m'a rapporté mille choses sur mille ministres mais je ne dirai jamais rien, à part si cela mettait en danger la République».



Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :