Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

NOEL ET JEAN-PAUL SARTRE

4027965463_62de4ca3c4.jpg
Vous ne l'auriez jamais cru ? Hé bien oui, Sartre l'existentialiste a écrit sur Jésus et la religion avant de se renier !

J'ai voulu vous faire cadeau de ce texte en ce jour de Noël, comme quoi, dans la vie, on peut avoir des parcours et des idées opposés selon les moments et les circonstances !

Le beau texte de Jean-Paul Sartre sur la Nativité, Jésus, Marie et Joseph a été écrit dans un camp allemand pour Noël 1940

On a de la peine à le croire, mais le texte qui suit a été écrit par Jean-Paul Sartre, le philosophe existentialiste pour Noël 1940. Il avait été fait prisonnier par les Allemands et se trouvait à Trèves dans un camp. C’est là qu’il rédige pour Noël une pièce de théâtre à l’intention des prisonniers. Ce texte intitulé Bariona ou le Fils du tonnerre fut joué dans un baraquement. L’écrivain Massimo Borghesi le commente ainsi:  “Nous nous trouvons devant un Sartre inconnu qui semble un instant s’émouvoir de l’affection émerveillée de Marie, du regard de Joseph et de l’espoir des Mages et des bergers devant l’enfant Dieu.” C’est l’époque où Sartre se passionne pour Claudel et Bernanos. Plus tard, il reniera l’attendrissement chrétien qui parcourt ces pages et refusera que la pièce de théâtre figure dans son oeuvre complète. Comme quoi, Sartre lui-même fut influencé à l’insu de son plein gré par le génie du christianisme. Athéisme et théisme sont les deux faces d’un même choix fondamental qu’il nous faut faire tous. Seul l’agnosticisme est indifférenciation.

 

 Jean-Paul Sartre écrit  notamment:


« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche, la voici.

Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez.

Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.


La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu.

Elle le serre dans ses bras et elle dit : « Mon petit ! » Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’un crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toute les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.


Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine  devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est  son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « Ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».


Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit.


Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie. Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer. »

 

A une époque de ma vie, j'ai moi-même adoré Sartre, lu toute son oeuvre, j'avais 20 ans à peu près, et je me retrouvais dans ses propos existentialistes. Maintenant c'est beaucoup plus nuancé, et Sartre m'apparaît comme trop à gauche, trop angéliste dans son credo sur l'objectivité. Mais je suis assez contente de vous soumettre ce fragment de texte (je n'ai pu l'avoir complet) qui montre bien à quel point on peut virer de bord dans sa vie parfois.

 

Certes, ce n'est pas un sujet spécialement joyeux pour Noël, mais au moins, c'est bien en rapport avec le vrai sens de cette fête.

 

Je vous embrasse toutes et tous

4209888245_c45535956a.jpg

une autre idée de la nativité (après tout pourquoi pas ?)

TRES BON NOEL EN FAMILLE A TOUTES ET TOUS

humourgif.gif



Allez, salut tout le monde, je vais faire du patin à roulettes, elle est pas belle la vie???

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :