Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

NICOLAS SARKOZY : UNE DEFAITE HONORABLE ET UNE ATTITUDE DIGNE

sarkopresident.jpg

 

Nicolas Sarkozy, notre champion, vient de perdre l’élection Présidentielle.  

Malgré la quasi-totalité des médias déchaînée contre lui, malgré une gauche absolument au-dessous de tout qui n’a eu de cesse de le vilipender, de le stigmatiser, de l’ostraciser,  de mentir au sujet du plus petit évènement monté en épingle jusqu’à l’écoeurement, de lui cracher dessus comme jamais on n’a craché sur un Président et donc par extension sur nous ses soutiens de toujours, OUI, MALGRE TOUT, notre Président n’a pas vécu la débâcle annoncée et sa défaite, même si elle nous fait mal, est honorable : son score de 48.38 % n’a JAMAIS été évoqué par les « grands » spécialistes !


Hier soir il a reçu les grands ténors de la Droite. Fatigué, le teint gris et les traits marqués d’après ces derniers, Nicolas Sarkozy s’est montré calme et serein. Il a confirmé comme il l'avait déjà évoqué qu'il arrêtait la politique et l’a "reconfirmé" aujourd’hui au lendemain de l’élection: «Une page se tourne pour moi, a-t-il confié. Je ne serai pas candidat aux législatives, ni aux élections à venir». Il a ajouté, dans un sourire: «Soyez rassurés, je renouvellerai ma carte (de l'UMP) et je payerai ma cotisation. Mais je quitte l'opérationnel.»


 UN MESSAGE  : «Ne vous divisez pas»


Le président sortant ne s'est pas montré amer. Il a jugé qu'il ne s'en était pas si mal sorti, eu égard à ses homologues européens, tous balayés par la crise. «Bien sûr, cela aurait été mieux de gagner, mais voyez comment ont perdu tous les sortants. Notre échec n'a pas été une humiliation, ce que prédisaient pourtant toute la presse et les sondeurs, dimanche compris…» Il a ajouté qu'il «aimait trop la vie pour être amer». Enfin il a recommandé à ses troupes de se montrer unies, en vue des législatives. «Ne vous divisez pas: des petits chefs, des petites équipes, ça tire tout le monde vers le bas.»


Sarkozy a reconnu que s'il ne tenait qu'à lui, il serait parti plus vite: «Si j'avais pu, je serais parti dès demain, mais il y a des traditions à respecter. Je les respecterai les traditions et la passation aura lieu avec François Hollande comme elle a eu lieu entre Jacques Chirac et moi», a-t-il noté en substance. Il a expliqué qu'il avait invité son successeur à venir à la cérémonie du 8 mai: «Quand on prend de la hauteur, on tire tout le monde vers le haut», a-t-il souligné.


Le président sortant est revenu sur la campagne: «une campagne dure, avec beaucoup de coups reçus». Mais il s'est félicité du résultat serré entre Hollande et lui. «Je vous l'avais dit, ça a été presque possible. Ce qui prouve que je ne vous avais pas menti. On n'était pas si loin.»


Nicolas Sarkozy a souhaité que la presse le laisse tranquille rapidement. «J'espère vivre un peu normalement, a-t-il conclu. J'ai perdu les élections mais les journalistes continuent de m'empêcher de faire une pause. Impossible de déjeuner au restaurant en famille. Je suis épié… J'espère qu'on me laissera un peu tranquille.» Il a conclu en disant: «On ne se quitte pas tout à fait, j'aurai le plaisir de vous revoir, pour parler du bon vieux temps.»


Nicolas Sarkozy on vous aime, on est triste, mais pour vous, nous continuons le combat et allons tout faire pour gagner les législatives.

 

Partager cet article

Repost 0