Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

N'ABANDONNONS PAS LA FRANCE A LA GAUCHE : MOBILISONS NOUS

UMP LEGISLATIVES 2012

Nicolas Sarkozy n’a pas été réélu à la Présidence de la République. Beaucoup d’entre vous qui aviez voté pour lui ont été déçus, même s’il s’en est fallu de peu. Aujourd’hui, rien n’est joué. En effet, si nous obtenons une majorité de droite à l’Assemblée Nationale, nous pouvons agir pour que le programme néfaste et catastrophique pour la France du Président élu ne puisse être mis en œuvre.

Nous refusons le projet dangereux de la gauche : nous préférons la fermeté au laxisme et à l’impunité, le travail à l’assistanat, la compétitivité aux délocalisations, la laïcité et la République au communautarisme, la diminution de l’immigration pour réussir l’intégration plutôt que l’ouverture non maîtrisée de nos frontières, la discipline budgétaire plutôt que la dette…
Si la nouvelle gauche plurielle, avec sa coalition socialiste-communiste-verte, emporte les élections législatives, la gauche aura tous les pouvoirs en France : la Présidence de la République, le Gouvernement, l’Assemblée nationale, le Sénat, la majorité des grandes villes, 95,5% des régions, 2/3 des départements. Est-il normal qu’un pays soit dirigé sans contre-pouvoirs, n’est-ce pas la porte ouverte à tous les abus, tous les sectarismes, tous les diktats ? Cette situation doit être évitée car ce serait un cas unique et inédit de déséquilibre politique dans une démocratie. Seules les dictatures fonctionnent ainsi.

La gauche, c’est la dette : renoncement à la règle d’or budgétaire, embauche de 65 000 fonctionnaires, retour à la retraite à 60 ans, refus d’être à l’équilibre en 2016, volonté de renégocier le traité européen qui promeut la discipline financière, c’est le relâchement total des finances publiques, et les deniers publics c’est vous qui les financez !


La gauche, c’est le matraquage fiscal des classes moyennes, des salariés et des PME : limitation du quotient familial, rétablissement des droits de succession, suppression de l’exonération des heures supplémentaires, augmentation des cotisations des salariés et des professions libérales, taxation de l’assurance vie, baisse des déductions fiscales pour les emplois à domicile, … est-ce cela que vous souhaitez pour le pays ?


La gauche, c’est l’assistanat et le chômage : augmentation des allocations sociales sans contrepartie, hausse du coût du travail (retour aux 35 heures strictes, augmentation des cotisations salariales et patronales) et donc des délocalisations.


La gauche, c’est le communautarisme : droit de vote des étrangers, régularisation massive des clandestins.


La gauche, c’est le laxisme et la culture de l’excuse : suppression des peines-plancher pour les récidivistes et de la rétention de sûreté pour les criminels les plus dangereux, libération d’un délinquant pour en incarcérer un autre, mais c’est complètement fou, on ne peut pas laisser faire ça !.


La gauche, c’est un autre projet de société : attaques contre la famille, baisse du quotient familial, légalisation de l’euthanasie, mariage homosexuel et adoption d’enfants : le socle même de la structure familiale traditionnelle est attaqué, dévalorisé : dites non au délitement de nos valeurs.


La gauche c’est l’abandon de notre souveraineté énergétique avec l’abandon progressif et inéluctable de l’énergie nucléaire


Les élections législatives sont la dernière possibilité pour les Français de refuser le projet de la gauche qui risquerait de précipiter notre pays dans une situation économique analogue à celle de la Grèce ou de l’Espagne et fragiliserait la société. Nous devons obtenir une majorité de droite, pour qu’un gouvernement de droite nous protège des bouleversements irréversibles que notre société subirait.

Une cohabitation empêcherait l’application du programme de François Hollande, et serait bénéfique à l’intérêt général de la France. Nous comptons sur vous pour éviter le naufrage

Partager cet article

Repost 0