Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

LES DEPUTES ASSOUPLISSENT LE PERMIS A POINTS

Les députés assouplissent le permis à points

www.lefigaro.fr
Après le rejet de son propre amendement, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'en est remis «à la sagesse» de l'Assemblée (archive).
Après le rejet de son propre amendement, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'en est remis «à la sagesse» de l'Assemblée (archive). Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

Après un long débat, le gouvernement et les parlementaires UMP sont parvenus à un compromis pour réduire la durée de la restitution des 12 points à un automobiliste, tout en excluant les infractions graves du dispositif.

La passe d'armes entre le gouvernement et les députés UMP a pris fin ce jeudi avec le vote, à l'Assemblée, de l'assouplissement du permis à points. Cette mesure, discutée dans le cadre de la loi sur la sécurité (Loppsi 2) a été confirmée en séance publique, après un long débat. Elle exclut toutefois les mesures les plus graves.


Dans le détail, les députés ont adopté un amendement de Bernard Reyes (UMP) qui réduit à deux ans au lieu de trois, la restitution de 12 points à un automobiliste qui les auraient perdus pour infraction.

Cet amendement, qui avait été adopté par la commission des Lois, ajoute toutefois que le délai reste fixé à trois ans «si l'une des infractions ayant entrainé un retrait de points est un délit ou une contravention de quatrième ou de cinquième catégorie» comme la grande vitesse ou l'alcoolémie. Le Sénat proposait quant à lui de ramener de trois à un an le délai au terme duquel il est possible à un conducteur de reconstituer l'intégralité de son capital de points.

 

«Arrêtez d'emmerder les Français !»

Après le rejet de son propre amendement, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'en est remis «à la sagesse» de l'Assemblée, se ralliant ainsi à la position majoritaire du groupe UMP plus «laxiste» que la sienne.

Le ministre a toutefois fait ajouter que le délai restait fixé à trois ans pour les contraventions de quatrième catégorie et pas seulement celles de cinquième catégorie.

Nicolas Sarkozy avait déclaré à diverses reprises qu'il était opposé à tout «message laxiste» en matière de sécurité routière, l'objectif de réduire le nombre de tués et de blessés sur les routes étant «un objectif central».

«J'en appelle au sens de responsabilité», a lancé le ministre de l'Intérieur, qui a rappelé que l'objectif du gouvernement était d'arriver au-dessous de 3.000 morts par an sur les routes contre plus de 4.000 aujourd'hui (4.273 en 2009). Brice Hortefeux a affirmé que le permis à points était «le pivot du dispositif de la sécurité routière» et rappelé que le nombre de tués sur les routes était encore de 7.242 en 2002.


«Arrêtez d'emmerder les Français!», avait lancé Jacques Myard (UMP) (mon ami sur facebook), fervent défenseur d'un assouplissement. «Bien sûr, il faut sanctionner les chauffards et garder le permis à points, mais l'automaticité est préjudiciable à la bonne justice. Nos concitoyens ont le sentiment d'être sanctionnés de manière injuste». La gauche, de son côté, a voté contre tous les amendements visant à assouplir, même légèrement, le dispositif actuel.


LIRE AUSSI :

» Les conducteurs peinent à récupérer leurs points

bye1.gif

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :