Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

LE GRAU DU ROI : CAMPAGNE DE PREVENTION DU VIH SUR LA PLAGE ET LES ABORDS DE L'ESPIGUETTE

(Fanny Houot pr Midi Libre)
L'espace de prévention contre le Sida installé près de la plage de l'Espiguette.
L'espace de prévention contre le Sida installé près de la plage de l'Espiguette. (VINCENT DAMOURETTE)

Durant l'été, l'association Aides intervient sur les plages, dans les bars et saunas fréquentés notamment par la communauté gay.


Cet été, soixante-dix militants de l’association Aides se postent aux abords des plages, bars, saunas et autres lieux de consommation sexuelle gay, dans leur programme d’action de prévention, dépistage et réduction des risques des maladies sexuelles. Les mardis, jeudis et dimanches, la camionnette blanche se gare sur le parking de la plage naturiste, de 13 à 19 heures. Leur objectif : être visible, proposer un accompagnement psychologique, banaliser le dépistage auprès des estivants gays qui ont une partie de plage réservée sur l’Espiguette.


Un espace pour demander des préservatifs

Selon Lionel Caze, coprésident d’Aides en Languedoc-Roussillon, "la campagne s’adresse plus directement aux personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi, trans) qui forment toujours la communauté la plus vulnérable". Les volontaires d’Aides restent près de la camionnette et de la tente plantée dans le sable de la plage, à la disposition de ceux qui le souhaitent. "Il ne s’agit pas de démarchage, les personnes viennent d’elles-mêmes demander des préservatifs ou des gels, ou simplement discuter de leur sexualité, sans craindre de jugement."


Dix à quinze dépistages du sida par demi-journée

Lionel Caze décompte dix à quinze dépistages du sida par demi-journée. Le procédé est simple et rapide, une piqûre sur le doigt (comme un test de diabète). L’analyse se fait en trente minutes seulement. Ce court laps de temps sert à l’accompagnement psychologique de la personne si le résultat s’avère positif.

 

L’été dernier, 1 à 3 % de personnes se sont découvertes contaminées et ont pu être directement prises en charge pour le traitement.


4 000 personnes séro-interrogatives

Lionel Caze déplore que selon les estimations, 4 000 personnes seraient séro-interrogatifs. "La peur du jugement, le problème des horaires de bureau et la froideur du personnel médical dans les CDAG en sont les causes". Une autre raison est plus alarmante : le virus est moins effrayant aujourd’hui, ceci dû aux progrès de la médicamentation.

La maladie est devenue invisible, on n’en meurt plus systématiquement. Du coup, la prévention se fait moindre, notamment dans le cadre scolaire, et on constate un ras-le-bol de l’utilisation du préservatif. Les conséquences sont graves. Depuis 2005, on voit une recrudescence de la séroposivité. D’après les données, trois mille nouveaux gays se contaminent chaque année".

Partager cet article

Repost 0