Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

L"AFFAIRE YEMENITE INSPIRE DE SERIEUSES CRAINTES A PARIS

L'affaire yéménite inspire de sérieuses craintes à Paris

Des soldats du 4e régiment de chasseurs alpins de Gap, samedi à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.
Des soldats du 4e régiment de chasseurs alpins de Gap, samedi à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Crédits photo : FRANCOIS MORI/AP

Elle révèle une faille de la sécurité dans les aéroports, alors que des islamistes français ont trouvé refuge au Yémen.

L'affaire des colis piégés envoyés aux États-Unis depuis le Yémen concerne-t-elle la France ? Elle réveille, en tout cas, une crainte des services antiterroristes du pays, dont l'un des meilleurs experts affirme au Figaro : «L'explosif envoyé est ici le même que celui utilisé par le kamikaze du vol Amsterdam-Detroit à Noël dernier. Or, dans un cas comme dans l'autre, la détection n'a pas fonctionné, alors qu'un contrôle a été effectué avant l'embarquement !»


À en croire ce haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, si la détection des individus par scanner se révèle désormais «satisfaisante», il y aurait toujours, dit-il, concernant le fret aérien, une «grave défaillance technique dans la détection de certains composants des chaînes pyrotechniques», notamment le tétranitrate de pentaérythritol ou PETN, plus connu sous le nom de pentrite, qui devait signer ces dernières attaques.


Selon ce haut responsable, «c'est le système de sécurité du fret aérien dans son ensemble qu'il faut revoir, car la faille révélée par cette nouvelle alerte dépasse le simple cadre yéménite». Dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, on s'en tient, pour l'heure, aux mesures définies par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), autorité compétente en matière de sûreté aérienne. La France a néanmoins décidé de suspendre le fret aérien en provenance du Yémen. Elle a aussi envoyé des consignes de vigilance dans toutes les escales à risques.


«En attendant de trouver une parade technologique, il faut plus que jamais privilégier le renseignement humain et la coopération entre agences, pour déjouer en amont les projets terroristes», estime un haut responsable de la DCRI, le service contre-terroriste français. D'autant que le Yémen n'est pas étranger aux enquêtes menées depuis l'Hexagone sur al-Qaida.


Un magistrat parisien rappelle que des djihadistes, installés autrefois en France, ont trouvé refuge au Yémen. Ainsi, trois membres du gang de Roubaix, les frères Benbahlouli, et Laïfa Khabou, condamnés par défaut en 2001 dans l'affaire Fateh Kamel. «Nous les cherchons toujours», confie ce juge. Or, le réseau Fateh Kamel peut être considéré comme un précurseur dans l'offensive terroriste qui finira par atteindre les États-Unis le 11 septembre 2001.

Parmi ses «bras armés» figurait un certain Ahmed Ressam, arrêté en 1999 dans une voiture remplie d'explosif, à la frontière américano-canadienne. Lui préparait un attentat contre l'aéroport de Los Angeles… deux ans avant les attaques suicides de Washington et New York.


«Aujourd'hui, la plupart des membres des filières que l'on démantèle sont passés par le Yémen où y reviendront, car c'est une étape clé dans leur formation au djihad», explique un policier spécialisé à Paris. Un magistrat renchérit : «Des enquêtes sont en cours sur des jeunes de banlieues françaises récemment partis au Yémen.» Or, à le croire, nul n'est vraiment en mesure de savoir si ces individus malléables se sont contentés d'y suivre un enseignement religieux ou s'ils ont également été entraînés au maniement des armes.


Un préfet très au fait des questions de sécurité le dit, en tout cas : «Le Yémen se mue lentement mais sûrement en nouvel épicentre de la menace al-Qaida, après la Tchétchénie, la Bosnie, l'Afghanistan, l'Irak et la Corne de l'Afrique.»


Le terroriste nigérian qui tenta de se faire exploser dans le vol 253 pour Detroit, l'an dernier, était en transit au Yémen. C'est aussi dans ce pays, coincé entre la Somalie et l'Arabie saoudite, que le chef d'al-Qaida pour la Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdal, dont l'organisation a revendiqué l'enlèvement de sept expatriés dont cinq Français en septembre dernier au Niger, trouve de nombreux appuis.


LIRE AUSSI :

» Le Yémen sous pression pour lutter contre al-Qaida

» Colis piégés : un artificier saoudien soupçonné

Partager cet article

Repost 0