Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

HYPERACTIVE OUI ! ET JE M'EN FOUS, J'ASSUME !

bouquetdetulipessousunrbi0.jpg

 

Mes amis m’ont longtemps surnommée « Superwoman » Une soirée à organiser ? Brainstorming au boulot (ça c’était avant)  j’ai 1001 idées à la minute. Je suis sur tous les fronts. J’ai du mal à me poser quelques instants et je voudrais être en perpétuel mouvement.

Pas envie d’avoir des regrets, tout faire vite mais bien, je ne supporte pas les mous. Je remplis mon agenda quitte à le faire exploser. Je ne sais pas dire « pouce » et pourtant, la maladie s’est chargée de m’y obliger. Et ça vraiment, ça me gonfle. Cette maladie, je vais la flinguer, elle ne gagnera pas, elle ne me connaît pas : quand j’ai quelque chose en tête, je l’ai pas ailleurs !!!

 

J’ai horreur de ne rien faire. Pour moi le non-mouvement égale la mort, le néant. Je ne comprends pas les personnes qui font la grasse matinée, la sieste, pour moi dormir est une perte de temps, donc, juste le nécessaire biologique ! La seule paresse que j’accepte est de faire parfois le lézard au soleil au bord de la piscine, ou à la plage sur le transat d’une plage privée (pas sur le sable que je déteste au contact de la peau). Et puis je déteste avoir les serviettes des autres à portée de la mienne.

 

J’ai été capable de faire l’AR Montpellier/Paris pour ramener un doudou à un bébé, Rallier St-Aff/Nancy avec retour immédiat pour ramener le fourgon du karting qui était en réparation chez un mécano après une panne de retour de courses. Et… repartir de St-Aff aussi sec chez notre motoriste à Toulouse pour amener les 2 moteurs à refaire (haut et bas moteur) pour la course suivante.

 

Je suis d’une exigence rare avec tout le monde autour de moi, j’ai beaucoup de mal à admettre qu’on ne suive pas mon rythme et ma concentration. Aussi, mes enfants ont réussi parce qu’ils ont compris que le mal que l’on se donne permet la réussite. Je mène souvent plusieurs choses de front et je ne supporte pas l’échec. Pour moi ne pas parvenir à tout concilier serait un échec personnel grave. D’ailleurs si ne je n’ai pas un rythme surbooké, je ne suis pas heureuse, j’ai l’impression de végéter.

 

On m’envoie une demande d’article le soir pour le lendemain : je ne peux pas dormir. Je suis obligée de me lever, de l’écrire la nuit si je veux pouvoir me reposer normalement.

 

Quand mes enfants (chefs d’entreprises pour 3 d’entre eux) ont besoin d’un renseignement, ils me demandent et l’ont rapidement, ils le savent. Si je ne sais pas, dans l’heure qui suit « Je sais » ! Mes petits-enfants adorent que je leur raconte des épisodes de ma vie qui sont de vraies histoires extraordinaires. Je suis capable aussi de leur inventer des histoires qui durent et qui évoluent sur des mois. Ils veulent toujours savoir la suite que j’invente au fur et à mesure, en y mettant de l’extraordinaire et du mystère aussi : la fameuse recette des feuilletons américains !

 

Et alors vous allez me dire : tu te reposes quand ? Tu lâches prise quand ? Et moi je vous répondrai : quand je suis à l’hosto … et encore, j’écris, j’écris, j’écris sans relâche et je lis à fond les balais en écoutant de la bonne musique.

Le jour où je ne ferai plus ça, tous les gens qui m’aiment le savent, c’est que je serai à l’article de la mort. Parce que c’est moi, et c’est à prendre ou à laisser !



 

Partager cet article

Repost 0