Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

DIS CECILE DUFLOP, TU TE SOUVIENS QUE L'ETAT C'EST TOI ?

cecile-duflot-stone

|||

Lundi dernier, Cécile Duflot est allée rendre visite à ceux qui, avec le DAL et Jeudi noir, ont « réquisitionné » un immeuble du Xe arrondissement. Elle a écouté les doléances des familles, a rappelé son soutien aux mal-logés. Une minute de plus et elle criait « CRS, SS ! » et « Hollande, facho, le peuple aura ta peau ! » en sommant le gouvernement de trouver une solution.


Mais, Cécile, tu te souviens que l’État, c’est toi ? Enfin vous. Valls a annoncé que l’immeuble occupé ne serait pas « évacué » et rassuré une squatteuse en lui affirmant qu’elle n’était pas « hors-la-loi » puisque la loi stipule que tout le monde a le droit de disposer d’un logement.

C’est hyper sympa de sa part, mais il va quand même falloir à un moment qu’il joue un minimum sa partition de ministre de l’Intérieur. La prochaine fois qu’un jeune Rom arrachera le sac d’une vieille dame, va-t-il lui tapoter la joue en lui confirmant qu’eu égard à son contexte économique et social difficile et en vertu du droit inaliénable à vivre dans la dignité, il a bien eu raison de réquisitionner de sa propre initiative un porte-monnaie sous-utilisé ?


Je suis d’accord : exercer l’ordre, l’autorité, c’est pénible, c’est même ingrat. Vous autres aimeriez tant rester des ados-rebelles-indignés-par-l’injustice toute votre vie. C’est d’ailleurs pour cela que, depuis qu’il n’y a plus que des socialos dans l’Éducation nationale, l’école est cul par-dessus tête : réprimander celui qui fume de la « beuh » au fond de la classe en balançant des boulettes de papier sur le prof reviendrait à vous autoflageller. Ce n’est pas un hasard si tu t’es pointée en jean — au grand dam de Nadine Morano — à ton premier Conseil des ministres : il ne manquait plus que l’appareil dentaire et le badge Peace and Love sur la trousse. Las, Cécile, tu es une grande fifille maintenant, avec des responsabilités.


Pour ta défense, tu as quand même fait quelques sacrifices personnels : pour les « fêtes de fin d’année », tu n’es pas partie aux Maldives comme en 2009, et tu n’es même pas partie à l’Ile Maurice, comme Aurélie Filippetti (un cadeau de poule entretenue d’un sexisme outrageant, offert par son compagnon, l’ancien député UMP Frédéric de Saint-Sernin, qui nous renvoie aux heures les plus sombres du bling-bling). Non, tu es restée ici bien sagement, prête à endosser ta pèlerine d’abbé Pierre.


Au retour des Maldives, à ceux qui t’avaient reproché des trajets en avion pas très écologiques, tu avais répondu que « tu ne pouvais pas y aller en pédalo ». Ils ne risquent plus, ça non, de te prendre en défaut. Question pédalo, tu t’es drôlement rattrapée. Pour pédaler, au gouvernement, tu pédales. Dans une sacrée choucroute. À la vitesse où l’on y va, peu de chance que la croissance de la France passe le mur du son.


Les professionnels, par exemple, disent que, pour remettre sur le marché des logements vacants, il faudrait inciter les propriétaires à vendre leurs biens en faisant baisser l’impôt sur les plus-values immobilières (que le gouvernement Sarkozy avait augmenté de façon spectaculaire quelques mois avant la fin de son mandat). C’était d’ailleurs une promesse du candidat Hollande. Tu as réfléchi, mordillé le bout de ton crayon, griffonné des opérations sur un Post-it, annoncé un matin une minoration de l’impôt, puis le lendemain une majoration et le surlendemain tu as vu ta réforme censurée par le Conseil constitutionnel. Plus personne ne comprend rien, et tout le secteur de l’immobilier est sous Prozac.

« Je suis ministre, je ne sais rien faire ! » disait Louis de Funès dans La folie des Grandeurs.

Avec Cécile Duflop, on voit bien l’image. Les Maldives en pédalo, ça te dirait ? Et puis, surtout, prends ton temps.


Gabrielle Cluzel, le 11 janvier 2013

Partager cet article

Repost 0