Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

DES EMPLOIS D'AVENIR ??? PAS VRAIMENT !!! UN LEURRE PLUTOT

 

7174043798_1759330568.jpgLa tête à claques est en train de conduire les jeunes dans le mur en les laissant croire à un avenir avec ces emplois !

Pour tenter de limiter l'inexorable augmentation du chômage, 100.000 emplois d'avenir devraient être créés cette année.

C'est la mesure phare en matière d'emploi du début de quinquennat de François Hollande: la création de 150.000 emplois d'avenir financés pendant trois ans à 75 % par l'État et réservés aux jeunes sans qualification résidant dans des zones urbaines sensibles. L'objectif est d'en créer 100.000 dès cette année pour tenter de limiter l'inexorable augmentation du chômage, notamment chez les jeunes actifs où la barre des 25,7 % a été atteinte à la fin 2012. Un record historique.


Lancés depuis le 1er novembre, 10.000 avaient été conclus au 28 février, au dernier pointage officiel effectué, dont 2500 dans l'Éducation nationale. Soit 10 % de la cible totale en quatre mois.

Ce résultat n'inquiète pas le gouvernement qui observe que le démarrage d'un contrat spécifique de ce type est toujours assez lent. Pour se rassurer, le ministère du Travail a même ressorti les chiffres de montée en charge, en 1997, des emplois jeunes de Martine Aubry qui étaient encore plus mauvais… 350.000 avaient au final été conclus en cinq ans, l'objectif initial. «Ce n'est pas simple d'arriver à trouver des employeurs pour ces jeunes qui ont très peu travaillé, très peu de formation, car il faut les accompagner, les mener vers l'emploi», a récemment justifié Michel Sapin, ministre de l'Emploi. Avant, tout de même, de positiver: «Plusieurs centaines d'emplois d'avenir signés chaque jour, pour chacun de ceux-là, c'est déjà une petite solution.»

Pas d'insertion garantie

Reste que ces contrats aidés déployés exclusivement dans le secteur non marchand (associations, collectivités locales…), utilisés par tous les gouvernements depuis trente ans mais surtout lancés par la gauche, n'offrent aucune garantie sérieuse d'insertion.

Toutes les études démontrent en effet qu'ils sont moins efficaces, en termes de parcours professionnel, que des aides directes au recrutement dans les entreprises privées. Pis, l'expérience montre aussi que les allocataires de contrats de ce genre basculent bien souvent, une fois en fin de cycle, dans un nouveau dispositif ou au chômage.


Un précédent gouvernement socialiste avait même été obligé, en 1992, de créer les contrats emplois consolidés (CEC) afin de fournir une porte de sortie aux bénéficiaires des contrats emplois solidarité (CES) institués un an plus tôt. Des contrats qui n'étaient eux-mêmes qu'une resucée des travaux d'utilité collective (TUC) lancés en 1984 par Laurent Fabius…

 

Et ça continue encore et encore, ils n'ont pas compris et s'enferrent ... Pfffff

Partager cet article

Repost 0