Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

BLACKBERRY, CRACKBERRY, my blackberry is white !

Accessoire fétiche de notre époque, ce petit bijou high-tech sait tout faire : téléphone portable, bureau nomade, outil de réseau… Le piège ? Nous rendre disponible et accessible partout, à tout moment, le must, pouvoir accéder à toutes les infos en temps réel, un vrai petit ordinateur. Au point de créer une vraie dépendance !

blackberry.jpg

Elles ou ils (les fanas du blackberry) l’appellent leur Black. Ils se feraient arracher le bras plutôt que de le laisser s’éloigner à plus de deux mètres. Partout, ils lui réservent la meilleure place : sur leurs genoux, en voiture ; à leur droite, dans tous les déjeuners et les dîners.

Objet professionnel et intime, il s’immisce jusque dans leur baignoire, pour finir la nuit sous leur oreiller. Businesswomen (men), femmes ou hommes dirigeants, entrepreneurs (euses) cadres supérieurs (es), ils sont de plus en plus nombreux à devenir accros à cet accessoire high-tech, élément-clé de leur panoplie de travail : le BlackBerry.


Presque aussi addictif qu’une drogue ce qui lui vaut le surnom de Crackberry , ce véritable bureau mobile, qui permet de consulter ses e-mails à distance et à tout moment de la journée, est en passe de devenir un phénomène de société dans le monde entier.


Aux États-Unis, certains salariés ont déjà intenté un procès à leur entreprise pour dépendance accrue à leur téléphone (!!! là je rêve). Au Canada, Richard Fadden, le ministre adjoint de la Citoyenneté et de l’Immigration, a dû se fendre d’un communiqué officiel pour appeler ses salariés à éteindre leur terminal entre 19 heures et 7 heures, ainsi que le week-end et en période de congé.


Ici, en France, quelques femmes ou hommes  commencent à accepter de parler, sans fard, de cet attachement particulier. Ou comment leur téléphone est devenu l’« extension du domaine de leur main droite »… En amant stratège, le BlackBerry commence par se rendre indispensable. « Il a créé une nouvelle façon de travailler et de vivre, explique Muriel Réus, présidente de Publicis Events. Dans mon secteur, je me dois d’être disponible à tout moment pour mes clients. Moi-même je ne comprends pas qu’un collaborateur ne me réponde pas très rapidement quand je lui envoie un e-mail urgent. Cette réactivité est devenue un critère essentiel de professionnalisme. »

Chacune et chacun a une bonne raison d'aimer cet obscur objet du désir et d'en devenir accro.

C'est que ce n'est pas qu'un simple téléphone portable, c'est tellement plus, un bijou de technologie et une simplicité d'utilisation par rapport à la multitude d'offres de téléphones portables sur le marché.

Pour ma part, je vais le prendre à l'hôpital où je dois séjourner quelques semaines, il sera le complément indispensable de mon ordinateur portable si on ne peut accéder à la wifi dans les chambres. Grace à lui, nous ne perdrons pas le contact !

blackberry1.jpeg

Bon je vous laisse, je vais au lit avec lui, tout près de moi, reliée au monde.

Bisous à toutes et tous.

telephone

Partager cet article

Repost 0