Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

ATTENTAT DE BOSTON : MARTIN, 8 ans, venait d'enlacer son papa à l'arrivée quand la bombe l'a tué

Midilibre.fr
"Le père s'est éloigné et le petit garçon est retourné au bord de la route pour rejoindre sa mère et sa petite soeur. La bombe a explosé à ce moment-là.
"Le père s'est éloigné et le petit garçon est retourné au bord de la route pour rejoindre sa mère et sa petite soeur. La bombe a explosé à ce moment-là. (AFP)

Des trois morts causées par les attentats à la bombe à Boston lundi, celle d'un petit garçon de huit ans, Martin Richard, tué quelques secondes après avoir enlacé son père qui venait de franchir la ligne d'arrivée, a particulièrement ému les Américains.

 "Je suis sorti lundi soir et j'ai rencontré des pompiers que je connaissais. Ils m'ont dit que parmi les trois morts il y avait un petit garçon de 8 ans originaire de Dorchester, qui venait juste d'enlacer son père après avoir franchi la ligne d'arrivée", a témoigné l'éditorialiste du journal Boston Globe, Kevin Cullen.


Plusieurs amputations

"Le père s'est éloigné et le petit garçon est retourné au bord de la route pour rejoindre sa mère et sa petite soeur. La bombe a explosé à ce moment-là. Le garçon a été tué, sa soeur a perdu une jambe et leur mère a été gravement blessée", a encore raconté Kevin Cullen. Une bougie a été placée sur les marches de leur maison familiale dans la banlieue de Dorchester, au sud de Boston, et le mot "Peace" ("Paix") a été écrit à la craie sur le trottoir.


Blessures à la tête

Ironie cruelle, les organisateurs du marathon de Boston avaient décidé quelques jours avant l'épreuve de dédicacer la course aux victimes de la tuerie de Newtown (Connecticut, nord-est), où 20 enfants et six adultes avaient été tués par un tireur perturbé dans leur école mi-décembre. Durant toute la nuit et mardi matin les chirurgiens qui ont soigné les victimes des deux explosions survenues à quelques secondes d'intervalle sur le parcours du marathon, tout près de la ligne d'arrivée, ont procédé à plusieurs amputations.


"J'espère que nous sauverons leurs jambes"

Outre les trois personnes tuées, plus de 170 ont été blessées, dont 17 sont dans un état très grave. "Si mes chiffres sont bons, nous avons procédé à quatre amputations" à l'hôpital Massachusetts General, a déclaré le chef du service de traumatologie George Velmahos. "Deux autres personnes sont susceptibles d'être amputées mais j'espère que nous sauverons leurs jambes. (...) Cette bombe a probablement été placée près du sol et donc des blessures des membres inférieurs sont à redouter", a ajouté le médecin. Selon ce dernier, les patients traités dans son établissement ont entre 28 et 71 ans


Une fois de plus, la folie destructrice aveugle de l'attentat a frappé des innocents, comment peut-on en arriver là, les gens qui programment ça n'ont aucune conscience, ils ne méritent pas de vivre car ils ne respctent rien.

Partager cet article

Repost 0