Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

UNE ECOLE PRIMAIRE VANDALISEE ET INCENDIEE EN ALSACE

Publié le par Stella Vidal

Indigné, le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, qui s'est rendu sur place, dénonce un « geste criminel ».


«Un geste abject et criminel». C'est par ces mots que le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a condamné mardi l'incendie criminel qui a ravagé une école primaire de Surbourg, dans le Bas-Rhin, un village de 1.600 habitants. L'école, qui accueille 85 élèves répartis dans quatre classes, a été ravagée, à tel point qu'elle ne pourra pas ouvrir à la rentrée.


Les travaux devraient durer plusieurs mois, la toiture devant notamment être totalement refaite. «Une salle a été totalement détruite, le reste des locaux est noirci par les flammes, le rez-de-chaussé est innondé par les lances des pompiers et inutilisable», décrit le maire du village, Christophe Scharrenberger, interrogé par lefigaro.fr. «Nous cherchons actuellement des locaux pour que la rentrée des classes 2009 se passe dans les meilleures conditions», indique-t-il.


Selon des voisins qui ont entendu des bruits dans l'école, les vandales se seraient introduits vers 16 heures dans le bâtiment. Ils ont maculé les murs de peinture, ravagé la salle informatique et la bibliothèque avant de mettre le feu. «Des produits accélérant la combustion ont été retrouvés dans les locaux, amenés par les incendiaires pour que le feu se propage plus rapidement», précise le maire. Une information qui confirme donc la thèse d'un incendie criminel.


«C'est l'indignation totale. S'attaquer à l'école primaire d'un village c'est s'attaquer à l'école de la République, aux valeurs de la République», a déclaré le ministre, qui a visité l'école en ruine et a rencontré le maire, les enseignants et des parents d'élèves. Ce geste «appelle de ma part une condamnation forte». «C'est la vie des enfants, des enseignants auxquelles on s'est attaqué».


La brigade de recherche de la gendarmerie de Soulz-Les-Forêts a ouvert une enquête et fait des recherches d'ADN pour tenter d'identifier les auteurs.

J'espère que la gendarmerie parviendra à identifier les vandales - certainement de jeunes petits cons mal éduqués - et que ces voyous seront sévèrement punis. On ne respecte plus rien, et puis dire que certains prônent encore la tolérance !!!
En centre fermés les crapules, les vauriens, et à coup de pieds au cul !