Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LA PRESSE ITALIENNE CRITIQUE CARLA BRUNI-SARKOZY

Publié le par Stella Vidal

Carla Bruni-Sarkozy déchaîne les passions italiennes


Carla Sarkozy  est arrivée jeudi en fin d'après-midi à L'Aquila.

Carla Sarkozy (ici à Baden Baden en avril dernier) est arrivée jeudi en fin d'après-midi à L'Aquila.

Elle voulait être «la discrète». Mais son absence a passionné la presse italienne autant que les faits et gestes de Michelle Obama.

Carla Bruni a donc atterri jeudi en fin d'après-midi. Consciente d'être attendue au tournant par la presse italienne, elle n'a participé à aucun événement médiatique. Et surtout pas à l'inauguration d'un nouveau cinéma aux côtés des acteurs George Clooney et Bill Murray. Carla Bruni, qui a déjà dit publiquement qu'elle était «heureuse d'être devenue française» quand Silvio Berlusconi avait fait allusion au «bronzage» de Barack Obama, n'a pas voulu compliquer la vie de son époux, dont les relations avec Berlusconi, qu'il connaît depuis dix ans, sont cordiales - il s'est rendu à plusieurs reprises dans la villa de villégiature du premier ministre italien, en Sardaigne.

Carla Bruni souhaitait avant tout mettre en avant son profil d'ambassadrice du Fonds mondial pour la lutte contre le sida. Elle a d'ailleurs publié dans le journal La Stampa, le week-end dernier,
une tribune consacrée à ce sujet. Sa visite de «première dame» dans les rues de L'Aquila a été soigneusement lissée, un «pool» extrêmement restreint de journalistes étant retenu.

 

Les attaques d'Il Giornale

 

Jeudi, la presse italienne s'est longuement attardée sur «la Carla». Il Giornale, le journal conservateur et outrancier de Paulo Berlusconi, le frère de Silvio, a été le plus agressif. Un article intitulé «Celle qui ne se mélange pas avec les autres» dénonce la «chanteuse qui incarne à la perfection le pire du microcosme idéologico-mondain».

Il stigmatise le mélange du «tiers-mondisme et de la musique rock, de lutte contre la pauvreté compensée par le personal trainer, de guerre contre la faim quand on s'offre de la nourriture végétarienne». C'est en revanche un article de La Stampa qui révèle que le couple présidentiel s'envolera pour Turin aujourd'hui, en fin de matinée. Carla Sarkozy nous apprend le quotidien italien de centre droit a voulu emmener son époux dans sa maison d'enfance, le Castello di Castagneto, vendu au cheik Waleed al-Sand il y a deux mois.
Dans cette demeure chargée de souvenirs, le président français croisera les fantômes d'Igor Stravinsky, Maria Callas et Luchino Visconti, qui furent tous les invités de la famille Bruni-Tedeschi.