Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

BUTTON, PRINCE A MONACO

En tête du premier au dernier tour, Jenson Button a survolé le Grand Prix de Monaco devant son coéquipier Rubens Barrichello et Kimi Räikkönen. Fin stratège, Sébastien Bourdais parvient à décrocher le point de la 8e place.

Le film de la course :

Circuits rapides, circuits plus techniques et maintenant circuit urbain. Jenson Button est chez lui partout cette saison au volant d'une Brawn GP à l'aise sur tous les types de tracés.
Comme le nombre de doublés en course de Brawn GP depuis le début de la saison. Après l'Australie et l'Espagne, Jenson Button et Rubens Barrichello ont trusté les deux premières places en course.

Aucun incident à déplorer au premier freinage. Jenson Button a su profiter de sa pole position pour conserver les commandes de la course devant son coéquipier Rubens Barrichello. A l'extinction des feux, le Brésilien a réussi à prendre l'avantage sur Kimi Räikkönen qui n'a donc pas profité de l'avantage supposé de son KERS.

Le pilote anglais était une nouvelle fois hors de portée de la concurrence dimanche en Principauté. Vainqueur tranquille, le poleman a dominé du début à la fin la course pour signer une cinquième victoire en six courses cette saison. Le leader du championnat a mis à genou la concurrence dès les premières boucles en conservant l'avantage de sa pole position devant Rubens Barrichello et Kimi Räikkönen. Le trio de tête creusait rapidement l'écart sur une meute bloquée par Sebastian Vettel transformé bien malgré lui en voiture bouchon.

L'Allemand cédait au 10e tour, laissant Rosberg, Massa, Kovalainen et Webber repartir à l'assaut de la tête de la course juste avant les premiers ravitaillements. Ceux-ci confirmaient la suprématie de Button, leader avec 15''6 d'avance sur Barrichello, lui-même suivi par Räikkönen 3''5 derrière lui. Entre-temps, le plateau avait perdu Piquet Jr et Buemi encastrés au virage de Sainte-Dévote et Vettel, sorti large au même endroit.
Lewis Hamilton n'abandonnait pas, lui, mais le vainqueur 2008 en perdition à la 15e place, se faisait prendre un tour juste avant la mi course par le leader.


A mi-épreuve, le classement se figeait, mais pas l'enjeu concernant la deuxième place puisque Räikkönen mettait doucement la pression sur Barrichello. Trop légèrement toutefois car la Ferrari, en nets progrès, ne parvenait pas à combler les quelques secondes qui la séparait de la Brawn GP avant la deuxième salve des ravitaillements. C'est d'ailleurs grâce à une stratégie de retour aux stands bien étudiée que Sébastien Bourdais, qui avait opté pour un très long premier relais, décrochait le point de la 8e place. Devant lui, Fernando Alonso assurait le spectacle en terminant la course en trombe. Bagarreur comme jamais, l'Espagnol revenait comme une balle sur Nico Rosberg (6e) mais butait finalement sur la Williams-Toyota de l'Allemand. Preuve que Renault est encore un cran derrière les meilleures formations du plateau. Alors que le tiers de la saison est bouclé, seule Ferrari, auteur de très encourageantes 3 et 4e places, mais aussi Red Bull, semblent en mesure de pouvoir inquiéter les Brawn GP à l'avenir.


Zoom sur la manœuvre :

Véritable voiture-bouchon en début de course, Sebastian Vettel a animé bien malgré lui les débats en provoquant un embouteillage de sept pilotes derrière lui A l'agonie au volant d'une Red Bull transformée en tracteur, l'Allemand a d'abord subi le harcèlement de Massa. Trop pressé, le Brésilien s'est loupé au freinage de la chicane en sortie de tunnel et laissé Rosberg lui chiper sa place. L'Allemand a mis à son tour une énorme pression sur la Red Bull qui a finalement cédé à la chicane du port au 10e tour. Massa et Kovalainen se sont engouffrés dans la brèche pour avaler le prodige d'outre-Rhin qui rentrait aux stands dans la foulée. Button a mené sa course jusqu'au bout le mors entre les dents, et Barichello a démontré une fois de plus qu'il avait à 37 ans de beaux restes !
Beau doublé Brawn suivi de Raikkonen et de Massa au pied du podium. Ferrari revient, mais cela sera-t-il suffisant pour jouer la première place du championnnat ?



Le flop : BMW-Sauber et Toyota

Essais libres calamiteux, qualifications désastreuses, on ne pouvait pas espérer beaucoup mieux de BMW-Sauber et Toyota dimanche. En course, les quatre monoplaces ont vécu un inquiétant calvaire à l'image de l'abandon de Kubica au 29e tour (Heidfeld 11e, Trulli 13e et Glock 10e). Le retard pris par ces deux écuries sur les top teams est énorme. Et avec la suppression des essais privés en saison, on se demande comment les Japonais et les Allemands vont pouvoir redresser la barre.


Classement du Grand Prix de Monaco :

1. Button (G-B, Brawn GP)
2. Barrichello (Bré, Brawn GP) +7''6
3. Räikkönen (Fin, Ferrari) +13''4
4. Massa (Bré, Ferrari) +15''1
5. Webber (Aus, Red Bull) +15''7
6. Rosberg (All, Williams) +33''5
7. Alonso (Esp, Renault) +37''8
8. Bourdais (Fra, Toro Rosso) +63'1
9. Fisichella (Ita, Force India) +65''0
10. Glock (All, Toyota) + 1 tour
11. Heidfeld (All, BMW) + 1 tour
12. Hamilton (Ang, McLaren) + 1 tour
13. Trulli (Ita, Toyota) + 1 tour
14. Sutil (All, Force India) + 1 tour
15. Nakajima (Jap, Williams) + 1 tour

Kovalainen (Fin, McLaren) ab
Kubica (Pol, BMW) ab
Vettel (All, Red Bull) ab
Piquet Jr (Bré, Renault) ab
Buemi (Sui, Toro Rosso) ab


 >>>Le GP en images



Partager cet article

Repost 0