Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

LE CONGRES S'OPPOSE A LA FERMETURE DE GUANTANAMO

  • Des soldats américains procèdent à des fouilles corporelles sur des détenus de la prison de Guantanamo, le 12 mai dernier.
    Des soldats américains procèdent à des fouilles corporelles sur des détenus de la prison de Guantanamo, le 12 mai dernier. Crédits photo : AP

  • Le Sénat a rejeté, mercredi à une écrasante majorité, le plan de Barack Obama, infligeant un cinglant revers au président.

    Le jour même où Barack Obama entra en fonction, il prit la décision de fermer (avec un délai pratique de douze mois) le centre de détention de Guantanamo, où l'armée américaine a emprisonné depuis sept ans ses ennemis de la «guerre contre le terrorisme», militants islamistes étrangers pour la plupart arrêtés en Afghanistan.

    Ce coup médiatique fut à l'époque salué par toutes les organisations de défense des droits de l'homme, aux États-Unis et dans le monde, qui considéraient que le système de Guantanamo représentait une entorse grave aux principes fondamentaux du droit américain. Le problème est que la nouvelle Administration n'avait pas bien réfléchi aux solutions de remplacement : que faire de ces 240 prisonniers d'une guerre très spéciale, où les détenir, comment les juger ?


    Le retour de flamme de cette décision présidentielle rapide - non précédée d'une review stratégique à la différence de tous les autres sujets sensibles abordés par la nouvelle Administration - a eu lieu mercredi, lorsque le Sénat a refusé au pouvoir exécutif la ligne budgétaire de 80 millions de dollars que ce dernier réclamait pour financer la fermeture du centre de détention et de justice militaire de Guantanamo.

    Les sénateurs ont décidé - par une majorité écrasante de 90 voix contre 6 - qu'ils n'alloueraient les fonds réclamés par le président que le jour où ils connaîtront la destination finale de tous les détenus. Or les élus américains refusent que les terroristes présumés puissent être détenus dans des prisons américaines. «Les prisons américaines sont faites pour les citoyens américains. Les détenus de Guantanamo sont des terroristes étrangers, faits prisonniers sur les champs de bataille de la guerre contre la terreur», a expliqué le sénateur Mitch McConnell, chef de la minorité républicaine à la Chambre haute du Congrès.

    L'inquiétude des élus du Capitole est partagée par le directeur du FBI, qui a déclaré que la présence sur le sol américain de ces détenus ferait courir un risque à la sécurité des États-Unis.

     

    Scénario cauchemardesque

     

    Pour le public américain, encore traumatisé par les attentats monstres du 11 septembre 2001, un scénario cauchemardesque est possible : le jugement d'un terroriste présumé sur le sol américain, suivi d'un acquittement faute de preuves et d'une libération immédiate. Cela s'est déjà produit, au sein même du centre de Guantanamo. La justice militaire avait relâché faute de preuves un militant islamiste arabe fait prisonnier en Afghanistan. Quelques mois plus tard, ce dernier fit reparler de lui : il était devenu le numéro deux d'al-Qaida au Yémen… Pourvu que l'Algérien hébergé en France ne nous fasse pas le même coup ! La France n'est pas une poubelle.


    La semaine dernière, dans un mouvement de rétropédalage, la Maison-Blanche a annoncé qu'elle allait réactiver certains tribunaux militaires pour poursuivre et juger les détenus de Guantanamo.
    La seule différence avec le système mis en place par l'Administration Bush est l'interdiction d'utiliser les aveux recueillis sous la torture.

    Pour compliquer encore cet imbroglio judiciaire, un juge fédéral, se fondant sur la législation adoptée par le Congrès juste après les attentats du 11 Septembre, a validé mardi soir le droit de l'armée de maintenir indéfiniment en détention les individus étrangers impliqués dans la préparation ou l'exécution d'attaques terroristes.


    Le problème reste donc toujours le même : que faire de ces 240 détenus ? Washington espérait en renvoyer une trentaine dans des pays amis à travers le monde. Seules l'Angleterre et la France ont accepté de faire un geste (un prisonnier chacune). Pour la France, il s'agit d'un Algérien islamiste arrêté en Bosnie, alors qu'il était soupçonné de préparer un attentat contre l'ambassade américaine à Sarajevo. Les autorités bosniaques l'avaient livré à la CIA sans autre forme de procès. Il est désormais très improbable que des pays étrangers alliés acceptent sur leur sol d'anciens détenus de Guantanamo, alors que l'Amérique ne le ferait pas elle-même…


    Les républicains du Congrès espèrent obtenir le retour au statu quo ante du système instauré par Bush. Politiquement, on ne voit guère Obama leur offrir une telle capitulation en rase campagne. Le président a-t-il trouvé un moyen astucieux pour se sortir de ce guêpier judiciaire et politique ? On le saura jeudi : la Maison-Blanche a annoncé un discours «très important» du président Obama, prévu ce matin dans l'amphithéâtre des Archives nationales, sur «les questions de sécurité nationale».

    Wait and see ...

    (d'après lefigaro.fr)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :