Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

L'ARGENTINE ENVOIE WILLIAMSON SE FAIRE VOIR AILLEURS

Rebondissement dans l'affaire Richard Williamson. Le religieux, qui a tenu des propos négationnistes et refusé de les retirer, a été sommé jeudi par l'Argentine de quitter son territoire, où il était à la tête d'un séminaire de sa congrégation. Depuis que le pape a levé en janvier son excommunication, la polémique ne cesse d'enfler. Ses thèses, affirme Buenos Aires, heurtent la "société argentine".

Richard Williamson a dix jours pour quitter l'Argentine, qui estime que ses thèses heurtent le pays. (Reuters)Richard Williamson a dix jours pour quitter l'Argentine, qui estime que ses thèses heurtent le pays. (Reuters)

Sur le même sujet Williamson refuse de s'excuser

Près d'un mois après que le pape a levé son excommunication - ainsi que celles de trois autres religieux intégristes - Richard Williamson est toujours au centre de la polémique. L'Argentine a sommé jeudi l'évêque négationniste de quitter dans les dix jours son territoire, où il vit depuis 2003, sous peine d'expulsion. Buenos Aires a justifié sa décision avec un argument administratif: ses papiers ne sont pas en règle. Dans un communiqué, la Direction argentine des Migrations précise "que l'évêque a falsifié à plusieurs reprises la véritable raison de sa résidence dans ce pays, puisqu'il déclarait être employé de l'Association civile 'La Tradition', alors qu'il était prêtre et directeur du séminaire lefebvriste que la Fraternité Saint Pie X possède dans la localité de Moreno", à 40 km de Buenos Aires.

Mais il semble bien que ce soient les propos négationnistes tenus par le religieux intégriste qui ont poussé les autorités à examiner à la loupe sa situation administrative. Le ministère de l'Intérieur a rappelé, ensuite, que "l'évêque Williamson est devenu connu après avoir fait des déclarations antisémites à un média suédois, dans lesquelles il a mis en doute l'Holocauste dont a été victime le peuple juif". Lors d'un entretien à un média suédois, l'évêque avait en effet expliqué ne pas croire à l'existence des chambres à gaz et estimé a 'seulement' 300 000 le nombre de victimes des camps de concentrations nazies. "Pour ces raisons, qui s'ajoutent à la ferme condamnation du gouvernement argentin de positions qui heurtent profondément la société argentine, le peuple juif et l'humanité entière, prétendant nier une vérité historique, le gouvernement décide (...) de sommer l'évêque lefebvriste de quitter le pays ou de se soumettre à l'expulsion", continue le communiqué.

Mis au ban de sa propre communauté

Les propos tenus par Richard Williamson avaient provoqué un tollé parmi la communauté juive mondiale, d'autant plus que le pape avait levé, peu après, l'excommunication qui le touchait, ainsi que celles de trois autres religieux intégristes. Au sein même de l'Eglise catholique, la décision de Benoît XVI - qu'il a justifié par la nécessité de refermer un schisme de vingt ans entre le Vatican et les traditionalistes - a provoqué des remous. Beaucoup de fidèles pensent que c'est "cher payé" pour rétablir l'unité de l'Eglise catholique, surtout pour une confrérie qui ne pèse que 150 000 fidèles à travers le monde.

Mis en difficulté, sévèrement critiqué par la communauté juive mondiale, le pape avait demandé à Williamson de revenir sur ses propos. Celui-ci avait alors exprimé "ses sincères regrets" pour causer autant de problèmes à Benoît XVI, mais il avait refusé de revenir sur ses propos, arguant devoir de nouveau étudier toutes les preuves, alors que la réalité historique de l'holocauste est établie depuis de longues années.


Pour éteindre le feu, la Fraternité Saint Pie X avait mis au ban l'évêque négationniste, en lui retirant la direction du séminaire de la Reja. Quelles que soient les suites de cette affaire, le mal est fait et le dialogue inter-religieux entre les Catholiques et les Juifs a pris un coup sévère, même si la semaine dernière, devant des dirigeants de la communauté juive, Benoît XVI a jugé "intolérable" tout déni de l'Holocauste, en particulier lorsqu'il émane d'un ecclésiastique. En mai, le souverain pontife doit se rendre en Israël. L'accueil qui lui sera réservé devrait être pour le moins glacial.



Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :