Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

OBJECTIVEMENT MERCI : ROYAL OUVERTEMENT AVEC DATI

Ségolène Royal : «qu'on laisse tranquille Rachida Dati !»

. (Rémy de la Mauvinière / AFP)
d'après le figaro.fr, AFP et JDD                    (Photo Rémy de la Mauvinière / AFP)

L'ex-candidate à l'Elysée résume le retour au travail de la ministre de la Justice cinq jours seulement après son accouchement par une formule : «à fonction exceptionnelle, comportement exceptionnel».

Ségolène Royal et Rachida Dati, même combat. La présidente socialiste de Poitou-Charentes, première femme ministre en exercice à accoucher en 1992, n'hésite pas un seul instant à défendre l'actuelle ministre de la Justice. «Qu'on laisse donc tranquille Rachida Dati ! Cet acharnement contre elle est indécent et injuste», affirme clairement l'ex-candidate à la présidentielle dans une interview au Journal du dimanche.


Ségolène Royal explique le retour au ministère de la Justice de Rachida Dati cinq jours seulement après son accouchement par la formule «à fonction exceptionnelle, comportement exceptionnel». «Se remettre debout cinq jours seulement après avoir subi une césarienne, c'est trop rapide, sans doute», nuance-t-elle toutefois.


«Sarkozy a gommé Dati de l'espace politique»

Avant d'adresser une pique à Nicolas Sarkozy : «quel choix a-t-on lorsqu'on est Garde des Sceaux et que le président de la République décide d'annoncer une importante réforme de la Justice un mercredi alors qu'on a accouché le vendredi précédent», lâche-t-elle, tout en assurant qu'elle «milite» toujours pour un allongement du congé maternité.


«Pourquoi Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas laissé à sa ministre le soin d'annoncer la suppression des juges d'instruction ? Où était l'urgence ? Le faire ainsi, à sa place, relève de la provocation.

C'est une façon de la gommer de l'espace politique», assène encore Ségolène Royal qui «comprend que Rachida Dati se soit sentie obligée d'être présente aux côtés du chef de l'Etat lors de la rentrée solennelle de la Cour de Cassation».

L'ancienne ministre de la Famille ose même en «plaisanter» : «je conseillerais au père de l'enfant de prendre un congé paternité, ce Royal cadeau que j'ai fait à tous les pères lorsque j'étais ministre de la famille».


» Rachida Dati a accouché d'une petite fille



Partager cet article

Repost 0