Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

NOSTALGIE QUAND TU NOUS TIENS



La météo, les mœurs, les us et coutumes ... nous sommes tous à ronchonner sur notre quotidien, c'était tellement mieux avant ! On trouve toujours quelque raison de râler en déplorant que tout change.


Bien sûr que les choses changent, bien sûr que la société évolue, bien sûr que la météo est parfois capricieuse, mais c'est ainsi depuis la nuit des temps.


On se surprendrait à regretter la sérénité de la vache moyenne regardant passer le train à vapeur, celle d'aujourd'hui risquant d'attraper un torticolis en suivant du regard le TGV.


Avant, on vivait mieux, on avait une meilleure qualité de vie : demandez aux mamies si du temps où la machine à laver n'existait pas la lessive n'était pas une corvée, vous verrez.

Avant on avait des saisons, un hiver, un printemps, un été, un automne, aujourd'hui il n'y a plus de saisons : et pourtant allez jeter un œil sur les statistiques de la météo, ou sur l'histoire de celle-ci avant que les données ne soient relevées officiellement : la météo a de tout temps été parfois capricieuse, avant même qu'on ne parle du réchauffement climatique. Il y a eu des hivers extrêmement rigoureux, et des étés caniculaires, des périodes de sécheresse et de disette : mais voilà, on idéalise à tout va, sautant à pieds joints par-dessus les vérités criantes....nostalgie quand tu nous tiens.


Avant on mangeait mieux.... : là, faut quand même pas exagérer, aujourd'hui la famille lambda parvient à manger équilibré, les enfants grandissent plus et mieux, sont peu carencés, toutes les stats médicales prouvent qu'on s'alimente vraiment mieux qu'avant car le pouvoir d'achat en 50 ans a augmenté comme jamais il ne l'avait fait. Grâce à cela et aux progrès de la médecine, nous vivons plus vieux.


Je pourrais vous citer tellement d'exemples encore.

On passe sa vie en tentant d'anticiper, en se fondant sur tout ce que l'on sait avoir mal tourné, on se lamente, on dit que l'avenir est bouché ou en tout cas incertain, on en conclut que le pire risque d'arriver, et avec tant de pessimisme on se vautre au premier faux pas dans la fange. Vous savez, la méthode Coué, ça existe ! Et si vous n'y croyez pas, qui y croira pour vous ?


Pétrone savourait déjà de façon attendrissante au 1er siècle de notre ère : « Hélas c'est pire tous les jours, plus personne ne croit que le ciel est le ciel, personne n'observe le jeûne, tout le monde se met des œillères et compte ses sous »... ça laisse rêveur tout de même !


Et Pline le jeune de taper sur la « racaille » : « ces jeunes savent tout, ils n'ont de respect pour personne, ils sont à eux-mêmes leur propre modèle »,  ça vous en bouche un coin hein...c'était il y a presque 2000 ans !


Alors pitié stop : on n'apprend jamais trop tôt que les corbillards ne sont pas faits que pour les gens d'à côté, que de n'avoir mal nulle part est une aubaine à savourer, que les tartines tombent toujours du côté du beurre (et aucune loi physique à présent ne nous l'a expliqué), à moins que...on n'étale pas le beurre du bon côté ???


De tout cela il ressort que depuis toujours, on regarde les temps révolus comme les plus beaux, les plus heureux, parfois jusqu'à l'absurde.

Nostalgie, nostalgie de l'âge d'or, de l'époque des géants, de quoi encore ? mais du paradis bien sûr, celui qu'on croit avoir perdu et auquel par conséquent on ne croit plus.

Allez haut les cœurs, pas de résignation, regardons devant et non derrière, l'avenir c'est par là, tout droit, et si nous n'y croyons pas, qui donc y croira pour nous ?


Je vous souhaite un bonne année au cours de laquelle nous sortirons de la crise, parce que si nous consommons, si nos comportements ne se laissent pas manipuler par les oiseaux de mauvais augure, par les journaleux aux titres alarmistes qui font vendre du papier ou de l'audience, c'est NOUS qui ferons que la crise s'éloigne en boostant le marché.


Je vous embrasse toutes et tous.







Partager cet article

Repost 0