Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

2012 : MARINE LE PEN CONSOLIDE SA 3ème PLACE

 

Marine Le Pen rêve d'un nouveau «21 avril».
Marine Le Pen rêve d'un nouveau «21 avril». Crédits photo : FRANCOIS LO PRESTI/AFP

La vice-présidente du Front national, qui devrait succéder ce week-end à son père, récolte dans un sondage CSA jusqu'à 18% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle. Un score supérieur à celui de son père le 21 avril 2002.

Un bon sondage de plus pour Marine Le Pen. La vice-présidente du Front national, qui devrait rafler ce week-end la présidence du parti, arriverait en 3e position si le premier tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche, derrière Nicolas Sarkozy et le candidat socialiste, selon un sondage CSA pour Marianne publié ce vendredi.

Elle obtient 17% des intentions de vote si Martine Aubry était la candidate socialiste et 18% dans l'hypothèse où Dominique Strauss-Kahn se présentait. Les derniers sondages réalisés en 2010 lui accordaient un score oscillant autour de 12-13%.


Selon cette enquête d'opinion, Marine Le Pen dispose d'un potentiel de voix supérieur à celui de son père et de Bruno Gollnisch, son rival dans la course à la présidence du FN : 20% des personnes interrogées répondent qu'elles pourraient voter pour elle si elle était candidate, contre 13% pour Jean-Marie Le Pen et 7% pour Gollnisch. Un score qui grimpe à 28% chez les sympathisants UMP.

Pas d'illusion pourtant chez les sondés : 74% d'entre eux considèrent qu'elle est d'abord d'extrême droite, raciste (59%), et seuls 30% d'entre eux la décrivent comme humaniste. Mais Marine Le Pen est aussi perçue comme une candidate courageuse (71%), moderne (47%) et proche des préoccupations des gens (42%). Elle rassemble sur les thèmes traditionnels du Front national : 46% des personnes interrogées disent être en accord avec elle lorsqu'elle parle de l'insécurité, 30% de l'immigration et 24% de l'islam. Mais elle a aussi su donner une coloration économique et sociale à son discours : sur l'euro, 26% des sondés la jugent convaincante, 25% sur la crise économique.

 

Les autres candidats distancés

Si Marine Le Pen cherche à normaliser son positionnement sur l'échiquier politique, l'idée d'une alliance entre le FN et l'UMP reste minoritaire : 67% des sondés n'y sont pas favorables, 23% la souhaitent. Chez les sympathisants UMP, cependant, l'opposition est moins catégorique : 39% sont pour, 57% sont contre.


Reste à savoir si Marine Le Pen est capable de rééditer l'exploit de son père en se qualifiant pour le second tour de la présidentielle. Plus de la moitié des Français (57%) croient en un nouveau 21 avril en 2012, selon un sondage Opinion Way à paraître dans Métro. L'hypothèse la plus favorable pour Marine Le Pen réside dans la candidature de Martine Aubry, qui obtient 22% des intentions de vote, soit cinq points de plus «seulement» que l'héritière de Jean-Marie Le Pen. Nicolas Sarkozy rassemblerait alors 28% des suffrages. S'il était candidat, Dominique Strauss-Kahn raflerait en revanche 30% des suffrages, nettement devant Nicolas Sarkozy (25%) et Marine Le Pen (18%).


Si la dirigeante frontiste a encore du chemin à parcourir pour espérer accéder au second tour, elle semble avoir réussi à creuser largement l'écart avec les autres candidats potentiels, qui recueillent tous moins de 10% des intentions de vote. Marine Le Pen distancerait nettement François Bayrou (6-9%) et Olivier Besancenot (6-7%). Jean-Luc Mélenchon n'obtiendrait quant à lui que 5 à 6% des voix. Quant à Eva Joly, possible candidate d'Europe Ecologie Les Verts, elle ne semble pas avoir réussi son décollage médiatique : seuls 4% des sondés se disent prêts à voter pour elle.


Sondage réalisé les 7 et 8 janvier par téléphone, auprès d'un échantillon de 1.001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.


LIRE AUSSI :


» L'adhésion aux idées du FN progresse en France

Partager cet article

Repost 0