Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

2012 : LE PRESIDENT SARKOZY SE VEUT INDEPENDANT

 

Nicolas Sarkozy, lundi, à la centrale nucléairede Gravelines.
Nicolas Sarkozy, lundi, à la centrale nucléairede Gravelines. Crédits photo : POOL/REUTERS

Dans une interview à L'Express, le président vante le bilan de quatre années d'action et fait un pas de plus vers sa candidature.

Se présentera-t-il en 2012? Dans un entretien avec l'hebdomadaire L'Express , Nicolas Sarkozy n'a pas délivré le scoop tant attendu. Mais il est allé encore un peu plus loin pour lever ce faux suspense, alors qu'Alain Juppé a récemment qualifié sa candidature de «secret de Polichinelle». Répondant à une question sur ce pronostic de son ministre des Affaires étrangères, Nicolas Sarkozy glisse, tout en allusions, qu'Alain Juppé est «un homme crédible qui dit des choses justes».

«Cependant, je suis le dernier à pouvoir exprimer quelque désir que ce soit quant à la prochaine élection présidentielle. Je suis président (…) je n'ai pas le droit de me livrer à des calculs si loin d'une échéance qui n'est pas encore dans la tête des Français», poursuit-il dans cet entretien accordé à la veille du quatrième anniversaire de son élection, le 6 mai 2007.

Interrogé sur le moment de l'annonce de son éventuelle candidature, le chef de l'État répond qu'il «faudra laisser aux Français un temps suffisant pour faire leur choix». «Dans les deux cas que vous évoquez (fin 2011 ou début 2012, NDLR), les Français auront le temps», ajoute-t-il.


Avec cette interview, Nicolas Sarkozy poursuit un double effort, conduit avec constance depuis un an, pour donner de la hauteur à son style de présidence -et répondre ainsi aux attaques sur son manque de recul- et faire œuvre de pédagogie. Pour la hauteur, il s'appuie sur son action extérieure, sur laquelle il s'étend longuement dans les colonnes de L'Express. Ben Laden, Syrie et Libye obligent. Il réserve même sa principale annonce sur ce sujet, en souhaitant « dans les semaines qui viennent» l'organisation d'une «conférence des amis de la Libye» afin de préparer la transition politique dans le pays.


Mais la hauteur c'est aussi se montrer lointain avec ses «amis». Il écarte l'idée d'inscrire son «action dans le cadre de l'UMP». «Plus le temps passe, plus je me sens indépendant de mes amitiés, de mes fidélités, serein face à l'adversité», affirme-t-il.

Une «année utile»

Pour la pédagogie de ses réformes, Sarkozy rappelle qu'il n'y a pas de «pause» dans son action en 2011, mais une «année utile». Il insiste sur les réformes en cours -de l'ISF aux jurys populaires-, revient longuement sur l'obligation de combattre les déficits et défend aussi la politique menée par Claude Guéant, son ministre de l'Intérieur, en matière de lutte contre l'immigration légale. «Avec nos difficultés à trouver du travail pour tous nos nationaux, et un chômage à 23% pour les étrangers non communautaires, nous devons nous poser la question», martèle-t-il. Il minore aussi la percée du FN aux élections cantonales -en voix et dans une élection intermédiaire-, tout en prenant acte de la montée des populismes en Europe.


Interrogé sur son lien avec les Français, le chef de l'État s'exclame: «Croyez-vous que j'ai le temps de me livrer à un exercice aussi narcissique? (…) Je suis en questionnement perpétuel sur ce que je fais, je ne m'interroge pas sur mon image.» Enfin, Nicolas Sarkozy réserve un dernier coup de griffe pour l'étoile montante des primaires socialistes, «le président normal» , François Hollande. «C'est la fonction qui ne l'est pas (normale, NDLR). J'imagine que François Hollande a voulu être désagréable. C'est son droit. C'est le mien d'essayer d'élever le débat. Il y a tant de gens pour l'abaisser.»


LIRE AUSSI :

» Sarkozy défend son bilan dans L'Express

» Carla Bruni se dit prête pour un second mandat

» L'Élysée choisit la stratégie de la «représidentialisation»

Partager cet article

Repost 0