Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Stella Vidal : mes coups de gueule et coups de coeur

Coups de gueule et coups de coeur sur des sujets variés, politique (j'adore!), actualité, automobile, billets d'humour, gastronomie, santé, enfants, protection animale, sport y tutti cuanti : no limit ! je vous attends.

Formidable article argumenté et réfléchi de Philippe Bilger sur Ménard,Le Pen et Femens

Formidable article argumenté et réfléchi de Philippe Bilger sur Ménard,Le Pen et Femens

Polémique Ménard, guerre des Le Pen : le réquisitoire de Philippe Bilger

FIGAROVOX/CHRONIQUE- Le magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole revient sur l'affrontement entre Jean-Marie Le Pen et sa fille et sur la polémique provoquée par le maire de Béziers.

Chaque semaine, Philippe Bilger prend la parole, en toute liberté, dans FigaroVox. Il est magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole. Il tient le blog Justice au singulier.

Son dernier livre Ordre et Désordes a été publié aux éditionsLe Passeur

Mais cette classe politique, gauche et droite confondues, si prompte à s'émouvoir, peut-elle se dire si remarquable? Que va-t-elle devenir quand elle n'aura plus sous l'opprobre le FN tel qu'elle l'a toujours obscurément désiré, formellement républicain mais avec des relents racistes et antisémites et des nostalgies historiques nauséabondes comme dirait le Premier ministre qui place cet adjectif partout, croyant qu'il est une argumentation à lui seul?

Comme on le sent, son malaise, devant les péripéties mélodramatiques qui se déroulent au FN depuis plusieurs jours et dont elle ne sait si elle doit s'en réjouir ou les déplorer!

S'en réjouir, parce que la victoire de la fille sur le père pourrait affaiblir ce parti?

Les déplorer, parce que débarrassé des provocations lassantes du père, la fille pourrait enfin changer le nom du parti et conduire celui-ci sur une voie qui contraindrait ses adversaires à faire preuve d'intelligence politique et non plus seulement d'une réprobation morale souvent hypocrite?

Sur le plan psychologique, les ressorts sont aisément analysables avec une personnalité limpide pour le pire et le meilleur comme l'est celle du père. Une inaptitude à céder la place, à se contenter d'exister comme président d'honneur et à demeurer dans une ombre d'autant plus insupportable que la présidente du parti, dans la lumière, a choisi de mettre en œuvre, sous l'influence, pour lui, de Iago-Philippot, une dédiabolisation réussie sur les plans intellectuel et électoral.

Il n'y a que des imbéciles - et malheureusement Rama Yade a démontré qu'elle en était une en tournant en dérision les affrontements aussi bien familiaux que stratégiques entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen - pour ne pas percevoir l'importance de la «déchirure» qui, risquant de modifier le FN, va sans doute faire bouger les lignes autour de lui.

Sur le plan psychologique, les ressorts sont aisément analysables avec une personnalité limpide pour le pire et le meilleur comme l'est celle du père. Une inaptitude à céder la place, à se contenter d'exister comme président d'honneur et à demeurer dans une ombre d'autant plus insupportable que la présidente du parti, dans la lumière, a choisi de mettre en œuvre, sous l'influence, pour lui, de Iago-Philippot, une dédiabolisation réussie sur les plans intellectuel et électoral.

Aujourd'hui, à cause de la pauvreté de la réplique antagoniste - UMP et PS -, un grand nombre de Français, lassés par l'offre politique classique, se sentent l'envie d'essayer le FN sur la palette large qui est mise à leur disposition et qui pour l'essentiel les a déçus.

Sous l'égide sans partage de Marine Le Pen, malgré les foucades périphériques du père qui vont continuer et l'aura de la nièce, conservatrice revendiquée, le FN aura à arbitrer entre des alternatives qui, en tenant pour acquise l'injuste représentation parlementaire, imposeront des choix délicats

Ce n'est pas prétendre que demain le FN, même autrement baptisé, volera de succès en succès jusqu'à la victoire pour sa candidate en 2017. Je ne crois absolument pas à cette élection et j'irais même jusqu'à soutenir que pour le second tour, tout n'est pas perdu malgré l'inéluctabilité toute d'impuissance avec laquelle on annonce la présence de Marine Le Pen dans la joute finale.

Sous l'égide sans partage de Marine Le Pen, malgré les foucades périphériques du père qui vont continuer et l'aura de la nièce, conservatrice revendiquée, le FN aura à arbitrer entre des alternatives qui, en tenant pour acquise l'injuste représentation parlementaire, imposeront des choix délicats.

Il faudra considérer cependant, une fois pour toutes, que le père et la fille ont des personnalités différentes, que lui voulait provoquer et qu'elle souhaite conquérir. Que le FN sans lui ne sera pas le même que le FN sous l'emprise enfin totalement libre de sa fille. Que ce ne sera pas seulement la façade qui sera changée mais la substance et qu'avec elle on passera d'un populisme vulgaire à un projet politique, aussi discutable qu'il soit. Contre elle, la bouche en cœur et le cœur à la bouche ne suffiront plus.

On ne peut pas, par ailleurs, avoir à juste titre dénoncé les saillies historiquement partiales et extrémistes du père et continuer à tenir pour rien l'adhésion de la fille au corpus honorable de la vérité sur les monstruosités historiques. Si elle a attendu longtemps pour tirer les conséquences qui convenaient, il n'est pas absurde de concevoir que longtemps dans sa tête et sa sensibilité, la fille a plus pesé que la responsable du FN, l'affection que le réalisme.

Il me semble toutefois que deux écueils de taille vont devoir être surmontés et des choix clairs opérés.

Le fourre -tout idéologique qui mêle, dans un vaste vivier, une vision et un programme de fermeté et d'autorité en matière de sécurité et de justice - c'est sa droite - à une conception économique, financière et européenne atypique, par certains côtés plus «mélenchonienne» que le modèle -c'est sa gauche, voire son extrême gauche - contraindra un jour ou l'autre le FN à déchirer le voile et à sortir de l'ambiguïté. Ce qui est bon pour une conquête, pour une candidate ne le sera évidemment pas si les portes du pouvoir semblent accessibles. Il y aura à arbitrer et à choisir l'ordre prioritaire dans ce désordre et la tonalité dominante dans cet entrelacs qui aujourd'hui attrape tout mais demain fera peur par son incohérence.

De la même manière, même s'il progresse de plus en plus par ce mélange qui fait de lui un parti à la fois inscrit dans l'espace officiel - malgré ses deux députés seulement et à cause de sa forte présence médiatique - et un mouvement encore imprégné d'une forme de dissidence, il se devra de forcer sur les rêves d'officiel ou de se camper sur les aspirations à l'atypique.

Pour l'instant, il gagne sur les deux tableaux. Officiel, il mériterait davantage. Populiste, il attire les réfractaires, les laissés pour compte, les désespoirs civiques. Le bord de la route est empli d'adhérents du FN et les cités exsangues et mortes aussi. Et les victimes des crimes et des délits ne sont pas consolées par François Hollande et Christiane Taubira.

Il est manifeste qu'une fois les soubresauts, polémiques, aigreurs et désaveux dépassés, le FN se renforcera grâce à Marine Le Pen et si en face on n'a pas compris que l'adversaire ayant changé, il convenait aussi de substituer à l'éthique indignée et vaine un affrontement politique et de permettre au pays de respirer autrement que par le seul recours, pour l'avenir, à l'espoir que le FN représenterait. Toutes les autres espérances ayant été saccagées par le réel, la violation des engagements et l'amateurisme. Je rejoins Jérôme Fourquet qui, sur ce plan, a eu l'analyse la plus fine et la plus objective.

J'ai commencé par Robert Ménard et je vais finir par les Femen. Aurait-il été honteux pour le Premier ministre, adversaire du FN, de déclarer le 1er mai, qu'un parti avait le droit de manifester, que des folles n'avaient pas à créer du désordre et qu'on n'avait pas à les chasser de cette manière ?

La plus objective?

Pourquoi l'hostilité politique se traduirait-elle par de l'indifférence démocratique? Pourquoi, pour la cause commune, n'aurait-on pas le droit de se féliciter, pour une certaine conception de la République, de l'éviction du père et de l'autorité de la fille? Faut-il absolument tout haïr tout le temps au point de ne plus rien voir?

J'ai commencé par Robert Ménard et je vais finir par les Femen. Aurait-il été honteux pour le Premier ministre, adversaire du FN, de déclarer le 1er mai, qu'un parti avait le droit de manifester, que des folles n'avaient pas à créer du désordre et qu'on n'avait pas à les chasser de cette manière?

Serait-ce trop demander des politiques que de savoir, parfois, pour être respectés, penser contre eux-mêmes pour la cause républicaine? On ne s'en porterait que mieux.

Partager cet article

Repost 0